Portail Lesbien

Chantal DELATORRE 
Capitaine de Tasse de Thé
TDT Cause Animale &Bio-écologie...
Jeanne.jpgJeanne Mag
twitter.jpg facebook.jpg
 
Des mains lesbiennes
Saphik Erotism
Les lesbiennes ont un "truc" pour les mains et ce n’est pas juste une chose sexuelle...
Curry de légumes au lait de coco...
CUISINE GOUDOUXE!
Voici une recette végétariene facile,...
La star de Real Housewives sort du placard !
POTINS LESBIENS
La star de l'émission de télé-réalité Real Housewives, Braunwyn Windham-Burke (photo), décide de faire son coming out...
Maltraitance dans l'élevage porcin de Limoise (03320)
Tasse de Thé lutte AUSSI pour la protection Animale !
L'association L214 vient de publier une nouvelle vidéo concernant un élevage porcin de l'Allier déjà accusé en décembre dernier de maltraitance animale...
DELPHINE "L'amour est dans le pré 2021"
MERCI M6...!
L'agricultrice lesbienne du Tarn et Garonne, 47 ans, fait partie de la promotion 2021 de "L'amour est dans le pré"...
Prévention santé Lesbienne
Mesdames, il est temps de passer vos examens !
Une grande partie du corps médical est habitué à négliger la communauté lesbienne... Prenez soin de vous..
SAPPHO : Ode à Aphrodite
Sappho2.jpgNOTRE HISTOIRE
Sappho est une poétesse grecque de l’Antiquité (630 à 570 avant J.C.)...
Elliot (Ellen)Page "demande le divorce''
POTINS LESBIENS
Elliot (Ellen)* Page aurait demandé le divorce de sa femme Emma Portner (photo)...

LESBI-SANTÉ

Prenez soin de vous !
Les femmes qui ont des rapports sexuels avec des femmes pensent ne pas avoir besoin de tests de dépistage... LESBI-Santé
cineGay.jpgPETIT MEMENTO TDT
des Festivals de Films LGBTQI
Tasse de Thé (qui vous aime beaucoup) s'est très librement inspirée d'articles qui traitent de ce trop silencieux sujet***
 
Les bons comptes font les bonnes amantes?

L’une des raisons principales des séparations est aussi l’argent, ne prenez donc pas cet aspect à la légère!

Couple et argent: 5 erreurs à éviter
L'argent est une des principales sources de conflits dans le couple. Voici quelques fréquentes et des conseils pour les éviter.

1. On met tout notre argent dans un compte conjoint
En couple depuis trois ans, Marie et Josianne se préparent à acheter une maison. Puisqu'elles auront plusieurs paiements communs, elles se disent que ce serait plus simple de tout mettre dans un compte conjoint. Quand on s'aime, on partage tout, non? Pourquoi fait-on cette erreur? «L'achat d'une maison représente un projet et un désir communs. C'est un engagement à long terme, un enracinement très symbolique».
À cette étape de notre vie de couple, mettre tout notre argent en commun peut sembler aller de soi. Ses conséquences: Si on n'a pas la même façon de gérer l'argent pour nos dépenses personnelles, cela peut engendrer des conflits: on a l'impression que l'autre fait des achats inutiles avec notre argent,elle désapprouve le moindre petit luxe qu'on souhaite se payer... De plus, c'est imprudent sur le plan financier. En effet, si l'une des conjointes décède ou devient inapte, le compte conjoint est gelé jusqu'à ce que toutes les étapes légales aient été réglées. Par ailleurs, le compte conjoint peut devenir objet de saisie si l'une des partenaires est mauvaise payeuse. Pour l'éviter: «Les deux partenaires alimentent un compte conjoint pour les dépenses communes, mais chacune conserve un compte personnel, qu'elle pourra gérer en toute autonomie», conseille la notaire Denise Archambault.
2. On divise tout à parts égales, même si on ne fait pas le même salaire
Justine et Gaëlle sont ensemble depuis 12 ans. Depuis qu'il a changé d'emploi il y a deux ans, Justine gagne beaucoup plus d'argent que sa conjointe, mais le couple gère toujours ses dépenses à parts égales. Pourquoi fait-on cette erreur? ...par souci d'indépendance, on veut partager tous les paiements également, peu importe notre revenu. Or, si l'une gagne 3000 € et l'autre, 1500 €, il est illogique qu'elles paient la même chose pour faire rouler la maisonnée», dit Denise Archambault. Ses conséquences: L'une des conjointes aura toujours moins d'argent dans ses poches. Si l'une doit se serrer la ceinture pour maintenir le même train de vie que l'autre, si un malaise s'installe quand il faut parer à une dépense inattendue, l'amertume aussi peut s'installer à long terme, surtout si sa partenaire qui gagne moins souffre d'insécurité par rapport à cette situation. Pour l'éviter: On équilibre la situation en divisant les dépenses communes au prorata des salaires(...) La conjointe qui gagne le plus assumera les deux tiers des dépenses domestiques, et l'autre paiera le tiers restant au prorata des gains respectifs.
3. On n'en parle pas
Stéphanie et Juliette ont des rapports opposés à l'argent. L'une est la fourmi économe, l'autre la cigale qu ipréfère se payer du bon temps plutôt que d'épargner. Et chacune est agacé par l'attitude de l'autre. Toutefois, par peur du conflit, elles gardent leur frustration pour elles, sans pouvoir s'empêcher de lancer quelques flèches à l'occasion. Pourquoi fait-on cette erreur? Parce que parler de sous est si peu romantique, on évite souvent de le faire, surtout lorsqu'on vit la lune de miel des débuts.
-«Pourtant, on devrait aborder le sujet tôt dans la relation. À un moment ou à un autre, il refait surface, et ça devient épineux», dit Denise Archambault. Ses conséquences: Des conflits apparaissent, surtout si nos positions diffèrent beaucoup. «Aux yeux de l'autre, la personne plus dépensière apparaît insouciante, et celle plus économe apparaît angoissée. Tout cela engendre des sentiments de culpabilité et de honte chez les conjointes».  Pour l'éviter: On établit ensemble un budget, ce qui nous oblige à discuter de notre situation financière, de nos priorités et de nos objectifs. Ainsi, la gestion budgétaire devient une responsabilité commune. Surtout, on évite d'attribuer les dépenses fixes (l'hypothèque, par exemple) à une conjointe et les dépenses variables (comme l'épicerie) à l'autre: celui qui hériterait des dépenses variables aurait du mal à suivre son budget.
4. On vit au-dessus de nos moyens
Léa et Julie ont vu leurs dépenses croître alors que leurs revenus diminuaient, Julie se retrouvant au chômage.. Pour maintenir leur rythme de vie, elles se sont endettées et, chaque mois, elles arrivent tout juste à régler les factures. Pourquoi fait-on cette erreur? «On vit dans une société de surconsommation, dans l'ère du "J'aime, j'achète maintenant". Mais c'est un piège de s'endetter sans cesse», estime la planificatrice financière Lison Chèvrefils. Le surendettement cache parfois une fuite de la réalité: «La richesse est associée au pouvoir, au succès, à la valeur de l'individu. Le couple se projette dans une autre réalité, où il fait la belle vie, même s'il n'en a pas les moyens.» Ses conséquences: L'endettement est une source importante de stress, qui peut mettre le couple en péril. Quand on arrive à peine à régler les factures, on a l'impression de travailler uniquement pour payer nos dettes. Il reste peu d'espace - et d'argent - pour les loisirs du couple, qui doit aussi composer avec l'inquiétude du manque de ressources financières. Pour l'éviter: On ajuste le budget dès que la situation du couple change: lors de l'achat d'une maison, d'une modification de salaire ou de l'arrivée d'un enfant, par exemple. De plus, «on limite les achats à crédit et on se questionne sur ses habitudes de consommation», conseille Denise Archambault.
5. En couple depuis plusieurs années
Cynthia et Clarisse n'ont jamais planifié un budget ensemble. C'est Cynthia qui règle les comptes chaque mois, une responsabilité qu'elle commence à trouver lourde, car Clarisse ne s'implique jamais dans ce domaine. Pourquoi fait-on cette erreur? Dans un couple, il y a souvent une personne pour qui la gestion budgétaire est plus facile, tandis que l'autre est meilleure pour planifier les loisirs, par exemple. Une dynamique peut s'installer où, consciemment ou non, l'une des partenaires prend le contrôle de la bourse alors que l'autre se décharge de cette responsabilité. Ses conséquences: «Cela peut engendrer du ressentiment des deux côtés». La conjointe passive sent qu'il n'a aucun contrôle sur les finances, et celle qui est plus active a l'impression que toute la responsabilité repose sur ses épaules. Comment l'éviter: Mettre les choses au clair et établir qui fait quoi. «L'une est meilleure avec les chiffres? Elle peut bien, dans ce cas, gérer le gros des finances. À condition que cela convienne à l'autre, qui assumera d'autres responsabilités dans le couple».  L'important, c'est que, si la gestion incombe davantage à l'une, la prise de décisions demeure partagée."
Notre ancienne rubrique (Old TDT) ►dans Lesbophonies

 

Comment les couples de "filles" gèrent-ils leurs finances?

Les bons comptes font les bonnes amantes? Compte commun ou pas? Qui paye le loyer? Les courses? Qui tient les cordons de la bourse?

"Tous les couples installés se posent un jour la question du partage des dépenses. Et les couples Lesbiens n'y échappent pas! Au-delà d'une simple comptabilité, l'argent incarne l'harmonie du couple, souligne l'envie de pouvoir de l'une ou le désir d'indépendance de l'autre. "
La suite d'une belle rencontre et le fameux "vivre ensemble"
Chez les lesbiennes c'est bien connu, l'engagement à vie, intervient juste après la première nuit d'amour :) Comment devenir Lesbienne? En route donc pour un long chemin à deux qui est aussi une aventure économique... En dehors du coût de la vie, les sorties, les spectacles, les voyages, les escapades... ont un prix et, particulièrement chez nous les lesbiennes, moins habituées au "pouvoir économique masculin" et à la fantaisie spontanée en vigueur chez nos amis les Gays ! Ainsi, les vieux démons du féminismes ressurgiraient-ils jusques dans les chaumières goudouxes ? Oui, Si l'on considère que pour la plupart des femmes l'argent reste synonyme de sécurité. Les lesbiennes, aux tendances souvent fusionnelles, doivent donc s'interroger sur l'espace entre Sécurité et Indépendance, et il est urgent de regarder en face ce tabou ultrasensible et de se poser les bonnes questions. Par ailleurs cela suppose également que l'une des deux partenaires soit " hébergée" chez l'autre, avec tout ce que cela signifie... (Sans parler de deux femmes dans une cuisine ! :)) .
"L'argent est révélateur du fonctionnement affectif au sein du couple.
Se placer position de dépendance ou en position de maternance ? On donne ou on retient, on se donne ou on se retient... Notre relation à l’argent est tellement intimement liée à notre agressivité qu’elle se mêle de toutes nos relations d’amour. Quand ils parlent de familles, les thérapeutes de couple utilisent aussi le sigle PME petite ou moyenne entreprise. « corbeille de mariage » , d’« héritage » désignent ce que chacun apporte de sa famille d’origine mais on y dépose aussi les angoisses et les difficultés de nos parents » (Irène Kaganski). Les « Un sou est un sou » que l’on a parfois entendus pendant des années, les souvenirs d’un père flambeur, d’un oncle qui nous couvrait de cadeaux, d’une grand-mère qui remettait précieusement des étrennes. Des tirelires, des comptes d’épargne…, tout cela marque à vie. Quand on forme une famille, on crée un patrimoine que l’on transmettra un jour. Mieux vaut en parler au début. Sans mélanger forcément séparation de biens et banqueroute affective."
L’une des raisons principales des séparations est aussi l’argent, ne prenez donc pas cet aspect à la légère!
Comment déceler des sources potentielles de conflits reliées à l’aspect financier du couple avant que celles-ci ne se déclarent? Voici quelques points sur lesquels vous devriez vous pencher sérieusement avant de faire le saut et décider de partager votre vie avec quelqu’un, ou bien que vous pouvez utiliser pour rectifier le tir. C’est long une vie!
Observez!
Prenez le temps d’observer la relation qu’a votre future meilleure moitié avec l’argent. Tient-elle ses comptes? Dépense-t-elle plus qu’elle ne gagne? Planifie-t-elle ses dépenses? En bref, a-t-elle un budget? Si votre conjoint gère bien ses finances maintenant qu’il est célibataire il y a gros à parier que son comportement restera le même. Par contre, si ce n’est pas le cas vous risquez d’avoir de gros problèmes par la suite. Lorsque l’on combine deux vies, deux façons de voir les choses, deux habitudes de dépenses en une seule, il faut un plan visant à assurer que les deux parties restent sur la même page et continuent d’être heureux.
Établissez un plan à deux, et entendez-vous
Il est facile de décider quoi acheter et quand, que ce soit pour idée vacances, les plaisirs personnels de chacun, ou bien encore de décider de faire des rénovations ou d’acheter une piscine qui profitera à toutes les deux. Travaillez ensemble, cela vous évitera les mauvaises surprises. Un plan est particulièrement utile quand le couple est formé d’une cigale et d’une fourmi. Généralement les opposés s’attirent et cette combinaison est fréquente. Grâce à un plan, chacun d’entre vous peut répondre raisonnablement à ses propres besoins sans écraser ceux de l’autre. Savoir où vous en êtes financièrement signifie que vous pouvez prendre des décisions éclairées au sujet de vos dépenses et ce sans vos endetter. Votre conjointe n’est pas intéressée ou ne veut pas s’impliquer? Attention, cette situation ne fera que s’aggraver à la longue.
Impliquez l’autre
Il arrive souvent qu’une seule personne dans le couple se trouve à la barre et assume seule le quotidien des finances. C’est toujours la même qui paye les factures, révise les primes d’assurance, décide de la façon d’investir dans les REER, détermine combien (ou si) mettre dans les REEE, paye les taxes, etc … Cela arrive naturellement. Le problème est que lorsqu’une personne dans le couple est exclue d’une tâche qui devrait être commune, ou encore évite la responsabilité, cela signifie que l’autre reste seul à gérer le tout. Ça peut résulter en l’un des deux qui prend le contrôle sans considération des besoins de l’autre, ou encore celui qui se retrouve à tout assumer peut ressentir un sentiment d’injustice. Dans un couple, chacune des partenaires devrait s’impliquer, que ce soit pour les grandes décisions financières, ou pour la gestion au jour le jour. Chacune devrait tenir les comptes, et vous devriez avoir des conversations régulières pour être certain d’être sur la même longueur d’onde. Tenir les comptes devrait être une tâche partagée, même si cela demande un effort conjoint. De toute façon, qui a dit que vivre en couple était facile dans tout? ; -)
Demandez à tout savoir
Et bien sûr soyez prêt à tout dire! Après tout cette personne va au quotidien partager votre vie, votre lit et vous aurez peut-être même des enfants ensemble. Il n’y a rien d’indiscret à vouloir connaître le passé financier de votre conjointe. A-t-elle déjà fait faillite? A-t-elle des dettes, et si oui, combien? Et quel est son comportement actuel vis-à-vis de ses achats? Aussi étrange que cela puisse être, beaucoup de gens mentent sur le prix des articles qu’ils achètent et ce pour éviter les conflits. Si vous êtes dans cette situation et que vous ne pouvez pas parler ouvertement de ce que vous achetez, vous avez un problème. Si vous pensez que votre partenaire s’opposerait à la dépense que vous êtes sur le point de faire, vous devriez l’écoutez! Négocier, faire des compromis, devrait être une entité omniprésente de la vie conjointe. On revient au point précédent, vous devriez avoir un plan, un budget qui vous permette de fonctionner tous les deux tout en respectant les besoins de l’autre.
La communication et le respect sont clefs au bon développement et au maintien de toute relation. Si vous n’êtes pas en mesure de vous ouvrir à votre partenaire, si vous ne pouvez pas lui faire confiance ou encore lui dire la vérité, c’est un signe que vous n’êtes pas prêt à partager votre vie avec.
Une vérification que vous devriez absolument faire est de lui demander à voir sa côte de crédit. Cela vous indiquera immédiatement s’il y a un problème ou pas. Il refuse de vous la donner? Il y a anguille sous roche et vous devriez vous méfier. ... ce n’est pas parce que vous êtes en amour que vous devriez abandonner votre bon sens et faire confiance aveuglément. ... Si votre future conjointe a une mauvaise côte de crédit, ce n’est pas la fin du monde mais sachez que cela aura des conséquences. Elle pourrait en fait devenir dépendante de votre dossier, et vous pourriez finir par devoir contracter les prêts (et hypothèque) en votre nom. En fin de compte, vous pourriez devenir imputable des dettes communes, donc faites attention!
Vivre en couple est l’une des choses les plus belles et les plus importantes qui puissent arriver à quelqu’un. Il faut juste s’assurer de ne pas transformer le paradis en enfer, et rechercher l’harmonie dans tous les points essentiels d’une relation. Ces points incluent l’aspect financier; prenez les devants, préparez, planifiez, et sachez où vous mettez les pieds. Cela vous évitera bien des désagréments en cours de vie… et bien des dépenses aussi."

 

 "Comme tu traites l’argent, tu traites ta vie"

L’une des raisons principales des séparations est aussi l’argent, ne prenez donc pas cet aspect à la légère!

 "L’argent est une puissante forme d’énergie, le parfait point focal permettant de travailler d’importantes leçons de la vie. Que nous le haïssions ou que nous l’aimions, l’argent fait partie de tout ce qui touche notre vie ». Maria Nemeth, auteur de "Libérer l’énergie de l’argent"
En va-t-il de même avec la relation amoureuse ? Ouvrons-nous notre bourse comme notre cœur ou pour acheter l’amour ? Agissons-nous dans ces deux dimensions avec la même générosité, avec la même avarice, les mêmes hésitations, les mêmes peurs ? Comment « investissons-nous » le partenaire potentiel ou actuel ? Ce sont les ressorts et les sources de nos comportements affectifs que nous avons explorés. Avec l’éclairage de différents auteurs, nous avons découvert de surprenants parallèles, « riches » d’enseignements… Les comprendre pourrait sceller notre bonne fortune financière et pourquoi pas amoureuse !
Synthèse :
Fauchés comme les blés ou riches comme Crésus, les rapports avec l'argent sont loin d'être neutres. Pourtant, ce formidable instrument d'échange qui a succédé au troc, à la lettre de change, au transfert de dettes -ses précurseurs-, devrait se borner à passer entre nos doigts sans nous troubler. Mais l'argent nous affecte et nous tourmente Nous y pensons très souvent dans la journée... Amusons-nous o compter le nombre de fois où le sujet nous vient à l'esprit, nous serions étonnés ! Pour la plupart des spécialiste, l'argent correspond à un support vide sur lequel nous projetons "nos connotations". C'est par ces projections qu'il prend vie : l'argent devient ce que nous en pensons ! Il donne aussi une clef d'accès au réel. Il traduit notre manière d'être au monde, nos liens sentimentaux avec les autres et avec nous-mêmes. Une querelle à propos de l'argent cache, dans la plupart des cas, un litige plus profond.
Quelques termes communs à l'amour et à l'argent : Mon trésor, un billet doux, tu comptes pour moi, le conte (compte) est bon, y trouver son compte, (s)'investir, donner, recevoir, faire un bilan, thésoriser, (s)'épargner, un intérêt, capitaliser, amortir, rentabiliser, tu vas me le payer, gérer, coûter, cher payé, quand on aime on ne compte pas (mais quand on n'aime plus, on compte beaucoup !)etc. La liste est loin d'être exhaustive.
D'après Pierre Pradevand, l'argent est "un puissant outil de transformation personnelle. C'est une forme d'énergie qui permet de comprendre et les schémas et les blocages qui gouvernent nos attitudes".
Selon les psy, l'argent serait un objet d'amour ou de haine, de convoitise ou de mépris, un sujet de disputes infinies (divorces, héritages) ; on y projetterait les manques ressentis dans la prime enfance. Il serait le miroir de nos désirs inconscients. La façon dont nous avons vécu le manque étant bébés serait à l'origine de nos comportements vis à vis de l'argent. A l'âge adulte, cette problématique se déplace sur l'argent, représentation par excellence du domaine de l'avoir. En fait, au-delà de sa fonction rationnelle d'instrument de mesure, de moyen d'échange, l'argent possède des significations inconscientes pour chacun de nous. On ne comprend des comportements tels que l'avarice pathologique ou le besoin de thésauriser qu'en se référant à certaines peurs de manquer vécues dans la petite enfance.
Au stade oral, phase la plus primaire du développement (0-2 ans), le nourrisson évolue dans l'avoir : avoir faim, chaud, froid, soif... Il se sent particulièrement démuni et impuissant. Sa dépendance le conduit à rêver d'un "sein" inépuisable, pourvoyeur permanent de lait, qui lui permettrait d'échapper au manque. Le paradis en quelque sorte. Ce type de fantasmes oraux se retrouve chez les gens qui courent après l'argent ou veulent brasser des sommes gigantesques. Dans l'inconscient, l'argent est pour eux l'équivalent d'un sein toujours à disposition. En ce qui concerne l'avare qui, lui, retient son argent, il ressemble plutôt au jeune enfant dont la rétention obstinée, lorsque sa mère l'assoit sur le pot, le protège contre le menace imaginaire d'être complètement vidé de sa substance. Le stade anal, la maîtrise de ses sphincters peut permettre à l'enfant surinvesti de s'affirmer, à un moindre niveau.
Les comportements de rétention (dont l'avarice est le plus représentatif) sont dictés par le besoin d'accumuler ou de conserver son capital intact. Leur désir premier est de maîtriser le monde, de dominer psychologiquement leurs amis, leur famille, leurs associés et leurs employés s'ils occupent des fonctions dirigeantes. Ce tempéraments jouissent de compter et recompter ; chaque euro économisé est une victoire. Pour eux, l'argent, c'est la puissance. En dépenser, c'est perdre le pouvoir. En se retenant de lâcher sa carte de crédit, on est dans la maîtrise.
Le besoin de conserver son avoir peut également dériver d'une insécurité de bas, d'un manque de confiance en soi. L'argent sert alors de repère (re-père) pour se diriger dans l'existence.
Les tempéraments dilapidateurs conjuguent souvent plusieurs addictions : sexuelle, affective, tabagique, alcoolique, etc. Poussés par la déprime ou l'angoisse, ils succombent à l'appel de l'achat. Ils se délestent de leur argent pour alléger le poids qui les oppresse.
Les cigales aveugles préfèrent ne pas se voir dépenser. Cette attitude résulte le plus souvent d'un désir inconscient de s'aveugler, de ne rien savoir, par peur de l'avenir. S'abstenir de penser à des dépenses revient à se protéger. Mais le goût de la dilapidation peut aussi être d'effet d'un désir agressif de faire payer l'autre.
Si le fait de dépenser sans jamais tenir compte de ses revenus réels marque un infantilisme persistant, savoir se faire plaisir dans la limite du raisonnable est, à l'inverse, une preuve de maturité. Les tendances à la dilapidation peuvent également être le fruit d'un désir inconscient d'autopunition. C'est le cas de ceux qui investissent frénétiquement et en pure perte, comme si une malédiction leur interdisait de faire fructifier leurs gains.
Avoir en permanence la main au portefeuille est souvent une façon d'acheter l'amour et l'estime de ses semblables en donnant le minimum de soi-même. Les généreux excessifs sont souvent mus par un sentiment de culpabilité. D'où la multiplication de comportements réparateurs visant à se dédouaner. La vraie générosité est rare. Elle appartient à ceux qui savent donner sans l'arrière-pensée de s'attacher celui à qui ils donnent.
A l'inverse, se positionner en marge du système et s'en énorgueillir, occuper la place du censeur vertueux qui condamne les excès de ses contemporains, marquent un refus, ou bien de devenir adulte et de prendre ses responsabilités en modifiant un fonctionnement social que nous méprisons, ou bien d'accepter le monde tel qu'il est.
Un rapport sain et mature à l'argent, c'est s'estimer suffisamment pour en gagner sans honte et ne profiter sans culpabilité. AVOIR PEUR DE L'ARGENT, C'EST AVOIR PEUR DE GRANDIR ! SE PRIVER REVIENT À FUIR LA VIE ET SON PROPRE PLAISIR. C'EST DIRE SI UNE RELATION SAINE À L'ARGENT SUPPOSE AU PRÉALABLE UNE RELATION SAINE À SOI-MÊME.

En conclusion, nous nous comportons en amour comme nous agissons avec l'argent. En définitive, n'aurions nous pas intérêt à suivre un séminaire de trois jours sur nos rapports à l'argent avant de nous allonger sur le divan ?

 

Terminons avec quelques conseils de Maria Nemeth. Remplaçons le mot argent par le mot amour : la clarté, dans les deux cas, est nécessaire pour que circule une énergie positive. A bon entendeur..."
"Pour rendre notre rapport à l'argent/à l'amour plus sain dans le présent, il est nécessaire de liquider le passé. D'abord, en rendant conscient notre rapport à l'argent/à l'amour. Mais aussi en réglant nos affaires en suspens. Comme en toute chose, les boucles doivent être bouclées.

Nous dégageons de la place pour que l'énergie de l'argent/de l'amour circule librement lorsque nous nous occupons de mettre en ordre nos "papiers". Les"papiers", c'est l'administration, c'est savoir combien nous avons sur notre compte bancaire de façon très claire.

Nous nous sentons également libérés lorsque nous nous occupons de nos factures en retard. Et enfin, nous sommes soulagés lorsque nous établissons très précisément des plans de remboursement avec dates et montants pour honorer nos dettes.

Ceci autant avec les administrations et les banques qu'avec les proches et les amis. Les prêts entre personnes proches ont avantage à être tout autant codifiés que les autres, pour le confort de tout le monde. La clarté (état des comtes, factures, échelonnement daté des remboursements) et un gain appréciable... d'énergie !"

 

Notre ancienne rubrique (Old TDT) ►dans Lesbophonies

 

*** Sources et références bibliographiques : Marc Lévy-Davida, coauteur avec Emmanuelle Daviet de "L'argent à tout prix, comprendre et améliorer sa relation à l'argent" (Editions Flammarion) Patrice Ellequain, animateur de séminaires sur la prospérité "Maître de l'artent" d'Annick Nenaird. Editions Le Souffle d'Or "La psychanlyse et l'argent" d'Ilana Reiss-Schimmel. Editions Odile Jacob Pierre Pravervand "Gérer mon argent dans la liberté", "Les vraies richesses". Editions Jouvence Julie Cameron et Mark Bryan "L'argent apprivoisé : de la dépendance à la liberté d'être. Editions Dangles Peter Koenig, animateur du stage :"Libérez votre relation à l'argent pour libérer votre vie" et auteur de "30 mensonges à proporos de l'argent". Smiley Blanton, psychanalyste, Gérard Louvain, psychothérapeuthe

Poids: 
0

IMPORTANT: Les Comptes TDT Non-Participatifs ne pourront  être conservés.
Merci de votre fidélité et soutien solidaire à la maintenance, à l'hébergement, à la sécurité du site et ainsi contribuer à notre lutte pour la visibilité saphique !

►►►CAGNOTTE de TASSE DE THÉ

NB :  Lors d'un contact mail,  pensez à relever l'E-MAIL de votre correspondante (ou vous répondrez au formulaire TDT)...  Malgré qq difficultés d'ergonomie, le site fonctionne, insistez...  Voir Questions Fréquentes ► FAQ
 


TANTRA LESBIEN Stages x3 jours
Les 26-28 mars, 4-6 juin,
et 8-10 octobre 2021 dans la Drôme

Contact Isabelle Denoix 06 26 65 78 29
  +d'infos

Messages TDT

porto.jpgRENCONTREZ-VOUS!
Le but d'une PA est la rencontre. Un RDV bien géré sollicite vos 5 sens +le Feeling ! 
CONSEILS(Old TDT)
 

Zorra.jpg ►Publicité PARTENAIRES

►E-mails Invalides

ETHIQUE TDT

 
Les couples (Lesbiens) €t l'argent | Tasse de Thé // version avec la balise HTML meta

Tasse de Thé - Portail Lesbien * Copyright - All rights reserved * 2013 - 2021  ❘ Contact  ❘ Plan du site