Portail Lesbien

Chantal DELATORRE 
Présidente de l'association
Tasse de Thé 
Tasse de Thé POUR la Défense Animale et la Bio-écologie...
cineGay.jpgPETIT MEMENTO
des Festivals de Films LGBTQI
Jeanne.jpgJeanne Mag
Magazine Lesbien virtuel
Retrouvez Tasse de Thé sur les réseaux sociaux :
twitter.jpg     facebook.jpg 
 
CAMPAGNE PRÉVENTION
LESBI-SANTÉ
Une mammographie peut vous sauver la vie ! Prenez soin de vous ..
Les 3 traitements préférés des lesbiennes pour devenir mamans
Mère et Lesbienne
L'insémination artificielle, la méthode La méthode ROPA (maternité double «réception des ovules du couple») et la FIV, sont nos préférées...
L'OL BAT WOLFSBURG EN FINALE DE LA LIGUE DES CHAMPIONS FÉMININES
Foot au Féminin !!
L'Olympique Lyonnais bat Woolfsburg (3-1) en Finale de la Ligue des Champions féminines et décroche un 7ème sacre...
Rachel Carson, la biologiste lesbienne à l'origine du mouvement écologique
Tasse de Thé lutte AUSSI pour la Bio-écologie
"Son livre révolutionnaire Silent Spring (1962) raconte sans anesthésie quelles sont les conséquences environnementales de nos actions..."
La planchiste lesbienne Annie Guglia prête pour ses débuts olympiques
Lesbi-Sportive!
Annie Guglia (photo) représentera le Canada aux Jeux de Tokyo dans la première année de ce sport en tant que sport olympique officiel...
"AMMONITE"
CINÉMA LESBIEN
"Ammonite" 1840. Mary Anning fut une paléontologue renommée mais vit aujourd'hui modestement... "
"CONFINS DU TEMPS"
BELLA DONNA FOR EVER !
Michèle des Belladonna9ch devient Miss Bella... Nouvel album !
LA QUESTION TRANS !
TRIBUNES LESBI, FEM et TRANSEXUALITÉ (longs articles à Lire !)
" Des féministes prennent la défense de l’auteure J.K. Rowling et alertent sur les pressions exercées par les groupes d’activistes trans...

LESBI-SANTÉ

Prenez soin de vous !
Les femmes qui ont des rapports sexuels avec des femmes pensent ne pas avoir besoin de tests de dépistage... LESBI-Santé
CINEFFABLE 32ème édition
Quand les lesbiennes se font du cinéma !
>>> du 23 octobre au 1er novembre 2020
LE FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM LESBIEN & FÉMINISTE DE PARIS ! +Infos   ►Programme Cinéffable 

 

 

TRIBUNES LESBI, FEM et TRANSEXUALITÉ (longs articles à Lire !)

FIGAROVOX /TRIBUNE -"Nous, féministes, soutenons J.K. Rowling contre le lynchage des activistes trans"

"Des féministes prennent la défense et alertent sur les pressions exercées par les groupes d’activistes trans.

L’auteure de la saga d’Harry Potter est dans la tourmente depuis la publication d’un tweet jugé «transphobe» par des militants...
J.K. Rowling, l’autrice de Harry Potter, s’est attiré les foudres d’activistes trans, après avoir posté une série de tweets où elle exprimait un point de vue ironique sur la différence des sexes.

Nous féministes souhaitons alerter le grand public sur la situation de la communauté lesbienne en France et à l’international. Pour commencer nous souhaiterions rappeler que les lesbiennes ne sont pas les seules à vivre dans la peur de l’activisme trans extrême.
James Caspian, Eva Poen, Kathleen Lowrey… la liste est longue de chercheurs universitaires (américains, canadiens, britanniques ...) harcelés et parfois licenciés par leur hiérarchie sur ordre des activistes trans radicaux (qui ne représentent pas l’ensemble des communautés trans).
James Caspian a par exemple été attaqué pour avoir essayé de mettre en place une étude sur le pourcentage de personnes regrettant d’avoir «changé de sexe». Le simple fait de vouloir faire une étude sur le sujet étant maintenant considéré comme offensant.
 Selina Todd, une historienne britannique n’a pas été harcelée par sa hiérarchie mais a dû embaucher des gardes du corps suite à des menaces de certains trans-activistes hardcore. Rosa Freedman, professeure de droit, a elle été bousculée et menacée de viol.
Depuis un an environ, on observe dans les pays anglophones et scandinaves un boom de personnes mettant en scène sur Twitter, Reddit et YouTube leur dé-transition. Mais ces personnes devront vivre toute leur vie avec les conséquences de leur transition. Plus la transition est avancée, plus les dommages physiques sont lourds et irréversibles. Les hormones créent des problèmes osseux sévères. Les ablations sont définitives.
En Suède, le nombre de fillettes de moins de 18 ans voulant «changer de sexe» (une chose techniquement impossible) pour tenter de devenir des personnes transmasculines a été multiplié par 15 de 2010 à 2018. Selon les statistiques du gouvernement suédois, parmi elles 15% étaient autistes et 19% hyperactives.
Au Royaume-Uni leur nombre a été multiplié par 45 de 2010 à 2018 (passant de 40 cas par an en 2010 à plus de 1800 pour l’année 2018). La ministre britannique des droits des femmes de l’époque, Penny Mordaunt, s’en était publiquement émue.
Des youtubeurs français incitent des jeunes de moins de 15 ans à prendre des hormones «en cachette de leurs parents» et en toute illégalité.
Mais le vent finit par tourner, malgré le marché qui s’est créé, malgré le lobbying de l’industrie pharmaceutique.
Le 22 avril 2020, sous la pression de mouvements lesbiens féministes, le Royaume-Uni a annoncé vouloir interdire les opérations chez les moins de 18 ans (NDLR: elles étaient autorisées avec autorisation parentale).
Depuis novembre 2019, six États des États-Unis ont interdit toutes formes de transition chez les enfants: hormones, opérations et bloqueurs de puberté (inhibiteurs hormonaux qui ont vocation à retarder la puberté avant de commencer une transition). Huit autres États de ce pays débattent en ce moment de lois identiques.
En Australie, la sénatrice Amanda Stoker est partie en croisade contre les changements de sexe chez les enfants.
Un article du journal «The Economist» montrait par ailleurs que dans la très grande majorité des cas, les bloqueurs de puberté sont inutiles car la très grande majorité des enfants concernés ne deviendront pas trans à l’âge adulte.
La Suède commence aussi à envisager une loi interdisant les opérations et les bloqueurs de puberté chez les enfants après des émissions sur le sujet réalisées par Malou Von Sivers, présentatrice de télévision et militante féministe.
En Australie, la sénatrice (mère de trois filles) Amanda Stoker est partie en croisade contre les changements de sexe chez les enfants. Les pays pionniers dans la transition de masse sont en train de devenir les pays pionniers de la dé-transition de masse.
Par ailleurs, les études sur les taux de regret ne prennent pas en compte les personnes qui quittent la «communauté trans», cessent tout suivi et sortent donc des statistiques. Et surtout, ces études ont été faites à l’époque où les enfants ne pouvaient pas transitionner, quand la transition était un traitement pour une situation très rare et très spécifique: la dysphorie de genre qui qualifie la sensation pour une personne d’être né du mauvais sexe.
Dire d’une catégorie de la population qu’elle englobe n’importe qui prétendant en faire partie, c’est dire de cette catégorie qu’elle n’existe pas.
Une étude de Lisa Littman - chercheuse en santé publique - explique que certaines formes de dysphorie de genre à déclenchement rapide à l’adolescence («rapid onset gender dysphoria») sont parfois causées par des traumas, des difficultés d’adaptation, des phénomènes de contagion liés aux réseaux sociaux ou à une homosexualité mal assumée dans une société où celle-ci est invisibilisée. Les recherches de Littman ont été reniées publiquement par l’université l’employant non pas en raison des moyens utilisés mais parce que les résultats invalidaient les ressentis de certains.
À travers les lesbiennes, toutes les femmes sont attaquées
Certains mouvements se prétendant féministes expliquent qu’une femme est une personne qui se dit femme. Dire d’une catégorie de la population qu’elle englobe n’importe qui prétendant en faire partie, c’est dire de cette catégorie qu’elle n’existe pas.
Nous observons que les hommes ne sont pas concernés par cela: un homme est toujours une personne qui est dite homme par les autres hommes, qui est perçu homme par les autres hommes.
Comment Keira Bell, cette jeune militante lesbienne anglaise de 23 ans qui regrette aujourd’hui d’avoir pris des hormones et des bloqueurs de puberté à l’âge de 16 ans, pouvait-elle savoir qu’elle était lesbienne?
En France aussi, quand des lesbiennes veulent organiser des activités entre elles, elles subissent des pressions de la part de groupes s’identifiant féministes «queers» pour intégrer dans leurs activités des personnes transféminines attirées exclusivement par les femmes.
Nous constatons que trop souvent ces personnes essaient de contrôler notre parole, nos pratiques et notre visibilité. Nous voulons garder nos espaces, nos activités sportives et festives en non-mixité.
Nous voulons notre espace sans que certains groupes nous en empêchent au nom d’un « droit à l’inclusion ».
Les gays ont des espaces intimes à eux, les personnes trans ont des associations aussi, nous voulons pouvoir faire de même sans que certains groupes cherchent violemment à nous en empêcher au nom du droit à l’«inclusion» .
L’injonction à la transition d’adolescentes (lesbiennes ou pas) et la négation de la sexualité des femmes lesbiennes relèvent du sexisme et de la lesbophobie.
Nous alertons l’ensemble de la société sur les dangers du trans-activisme extrême (qui ne représente pas l’ensemble des personnes trans) qui occulte l’ensemble des femmes et leur demandons d’œuvrer à la visibilité lesbienne.
Celle-ci est la preuve donnée aux petites filles et aux adolescentes (y compris hétérosexuelles) qu’il est possible d’être une femme sans se conformer aux stéréotypes de genre. Plus nous tarderons à réagir, plus nombreuses seront les jeunes femmes affectées, qui pourraient se voir forcées d’effectuer une transition, et plus les dommages physiques seront lourds et irréversibles.

* La tribune est signée par l’association «44 Vilaines Filles» (collectif lesbien nantais), et Marie-Jo Bonnet, chercheuse, historienne, co-fondatrice des Gouines Rouges, lesbienne et militante féministe; Christine Le Doar, ex-présidente du centre LGBT de Paris et militante féministe universaliste; Yolanda Alba, vice-présidente du réseau européen des femmes journalistes et écrivaine; Florence-Lina Humbert, journaliste 50/50 Magazine; Marguerite Stern, réalisatrice de podcast et militante féministe; Marie Josèphe Devillers, militante lesbienne féministe; Ana Minski, écrivaine et militante; Marie Montaigue, enseignante; Valérie Pelletier, abolitionniste et militante féministe radicale; Nadia Guenet, réalisatrice radio et productrice de «la révolution sera féministe»; Julie-Elisa Go, féministe et développeuse; Chantal Hervouet, militante féministe lesbienne et abolitionniste; Alexis Solis, féministe lesbienne, abolitionniste; Martine Ragon, militante féministe abolitionniste; Morgane Ricard, militante; Valentine Minery féministe; Lucie Robin-Lesage, féministe; Marie Noëlle Gerolami, lesbienne féministe; Sophie Plisson, archéologue; Muriel Petit, enseignante; Annick Karsenty, militante féministe abolitionniste.

Source lefigaro.fr 11/06/2020 ►Suite de l'article complet.
 

 

TERFS pour "trans-exclusionary radical feminist  !

Entre "TERF" et "transactivistes", féministes et militants LGBT se déchirent sur la question trans

L'exigence envers toujours plus d'inclusivité crée de fortes tensions entre certains défenseurs de la cause des transgenres et celles qui s'inquiètent de conséquences négatives sur les droits des femmes, accusées de transphobie. Jusqu'à conduire à des situations ubuesques.
Le sujet a débarqué aux yeux du public sous forme de quasi-blague. Rappelez-vous, c'était en juin 2018 : lors d'une émission d'Arrêts sur images, Arnaud Gauthier-Fawas, solide gaillard barbu, provoque la stupeur (et l'hilarité) d'une bonne partie d'Internet en réprimandant Daniel Schneidermann : "Je ne suis pas un homme, monsieur ! (...) Il ne faut pas confondre identité de genre et expression de genre, sinon on va déjà mal partir. Je suis non binaire, ni masculin ni féminin, et je refuse qu'on me genre comme un homme".
Cette interpellation, qui peut sembler lunaire aux non-initiés, cache en fait une bataille politique et militante tellement passionnelle qu'elle peut dégénérer en affrontements violents dans les réseaux militants. Elle oppose des partisans de la cause des trans, désignés par leurs adversaires comme des "transactivistes radicaux", à certaines féministes accusées par les premiers d'être des "TERF" : TERF, pour "trans-exclusionary radical feminist", soit une militante qui exclurait les personnes trans de la cause féministe. Avant d'entrer dans le coeur de la querelle, un point lexical s'impose pour poser les enjeux de ce débat au lexique touffu.
La clef repose sur la distinction entre la notion de sexe et celle de genre. Comme l'écrit l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur son site, le sexe désigne les "caractéristiques biologiques et physiologiques qui différencient les hommes des femmes", tandis que le genre sert au contraire à évoquer "les rôles qui sont déterminés socialement, les comportements, les activités et les attributs qu'une société considère comme appropriés pour les hommes et les femmes."

Si le genre est une construction sociale, le sexe est une caractéristique biologique. En reprenant cette distinction, on constate qu'il existe une majorité de personnes dites "cisgenre", dont le sexe biologique correspond au genre avec lequel elles s'identifient. A l'inverse, lorsque le genre d'un individu ne correspond pas à son sexe, on parle de "transgenre". Une femme transgenre est ainsi une personne née avec un sexe d'homme qui se sent femme, tandis qu'un homme transgenre est né dans un corps de femme. Pour être mieux en accord avec leur genre, certains entreprennent une transition physique via des traitements hormonaux ou la chirurgie pour changer de sexe, mais ce n'est pas toujours le cas. Enfin, d'autres personnes estiment que la dualité homme-femme constitue en soi une construction sociale oppressive, et chercheront à s'affranchir de cette division sexuée en s'affirmant "non-binaire" ou "gender fluid". "Les terf au bûcher"

Le débat opposant les "transactivistes" aux "TERF" se joue sur ses bases : si l'on peut se déclarer femme tout en possédant le corps d'un homme, doit-on être considérée comme une femme à part entière du simple fait de déclarer qu'on en est une ? "Être une femme, c'est quelque chose de biologique", tranche Marguerite Stern, militante féministe initiatrice du mouvement "Collages contre les féminicides".

"Les oppressions contre les femmes sont liées à notre corps, à notre capacité à enfanter, et toutes les questions du féminisme sont liées aux corps des femmes : l'IVG, la PMA, les violences gynécologiques, le voile, le harcèlement de rue, la prostitution, le viol…"

Camille Lextray, autre militante du Collage contre les féminicides, est d'un avis opposé : pour elle, "Être une femme n'a rien à voir avec les organes génitaux. Ce qui fait qu'on est une femme, c'est uniquement la manière dont on se définit : on se reconnaît dans ce que la société identifie comme femme." Pour elle, assimiler les organes génitaux au genre s'inscrit "dans une conception patriarcale : on essentialise les femmes en établissant un lien entre leurs organes génitaux et leur caractère, par exemple."

Ce désaccord engendre un contexte de violence verbale dans les milieux militants. Ceux qui adhèrent au transactivisme ont ainsi adopté un mot d'ordre sans équivoque : "Les TERFs au bûcher", appel (métaphorique) au meurtre que l'on peut voir collé aux murs dans plusieurs grandes villes françaises. Ce mot d'ordre est fréquemment repris sur les réseaux sociaux par Fatima Benomar, cofondatrice de l'association Les Effronté-e-s, qui estime par exemple dans une conversation sur Facebook que "les terfs, les racistes, les fashottes" méritent "la mort". Une outrance volontaire, et évidemment à prendre au second degré, mais révélatrice d'un climat de tension.
Mise en cause par ses détracteurs pour ses saillies sur les réseaux sociaux, Fatima Benomar se défend : "En France, on est pamphlétaires, les personnes indignées par la transphobie retournent le stigmate avec des mots forts, mais personne ne croit sérieusement que l'on souhaite immoler les TERFs !" La militante relève d'ailleurs qu'un des collages effectués par Marguerite Stern dans son groupe féministe relevait du même registre provocateur : "Tu me siffles, je te crame".
Le mouvement Collages contre les féminicides, que Marguerite Stern avait lancé, a progressivement été noyauté par des militantes favorables au transactivisme, jusqu'à exclure sa fondatrice.

Un nouveau message s'est imposé, visant à faire le ménage parmi les féministes : "Des sisters, pas des cisterfs", autrement dit, en bon français : des soeurs, des alliées dans la lutte, plutôt que des femmes cisgenres jugées hostiles aux trans. En janvier dernier, Stern avait alerté contre la violence de cette nouvelle vague de militants : "Dès que je m'exprime sur le transactivisme, on me lynche. Ces attaques sont de plus en plus violentes, et je sais que de nombreuses autres féministes ne s'expriment pas à ce sujet parce qu'elles ont peur, à juste titre, d'être harcelées." Début août, un nouveau message hostile a été placardé en face de son domicile, dont elle affirme que "l'adresse commence à circuler". Camille Lextray "condamne ces actes" de harcèlement, mais estime "qu'il n'y avait pas d'attaques violentes à l'égard de Marguerite Stern avant qu'elle tienne des propos transphobes." Elle juge que "la haine vient avant tout de la stigmatisation des personnes non binaires et transgenres". De quoi rappeler que les personnes transgenres (on estime qu'elles sont environ 15.000 personnes en France) constituent toujours une population lourdement discriminée : dans Sociologie de la transphobie, Arnaud Alessandrin et Karine Espineira estiment que 85% des trans subiront une agression au cours de leur vie.

Marguerite Stern regrette regrette que "les luttes trans, non-binaires, queer, gender fluid prennent trop de place dans les débats féministes et finissent par abîmer les droits des femmes." De fait, plusieurs associations militant pour les droits des minorités sexuelles ont changé de visage sous l'influence des nouvelles luttes. Partout où des féministes intersectionnelles — souvent influencées par le transactivisme voire les idées décoloniales, et désireuses de rendre les organisations féministes plus "inclusives" — ont débarqué en masse, d'autres sont parties. Ainsi à Nantes, l'association des "Filles de Nantes", créée en 1996, a connu une scission en raison de l'importance croissante prise par la question des trans. A Lyon, le changement s'est fait avec plus de heurts : en juin 2019, la Pride de la capitale des Gaules est annulée. Olivier Borel, responsable de la Lesbian & Gay Pride (LGP) lyonnaise dénonce alors l'influence d'un groupe de militants queers radicaux, qui a bloqué le cortège en insultant ses membres "de fachos, de transphobes, de tout ce qu'on veut". Quatre mois plus tard, l'intégralité de l'équipe dirigeante de la LGP est poussée à la démission, et remplacée par un groupe de douze individus parmi lesquels "les personnes trans et non-binaires sont majoritaires". Volonté affichée : "mettre l'accent sur les minorités au sein de la minorité : personnes trans, non-binaires, racisées, handicapées…".
Dans la communauté LGBT et notamment les collectifs lesbiens, l'ambiance s'est tendue. Sophie, une militante homosexuelle vivant à Paris, dénonce "l'entrisme de groupes dits queers, dans lesquels des personnes nées de sexe masculin, ni opérées, ni rasées, ni habillées en femmes, se sentent femmes et sont considérées comme lesbiennes si elles arrivent à le justifier politiquement "

" D'après Sophie, "il y a des villes où on ne peut plus se réunir publiquement entre lesbiennes sans se faire attaquer par des collectifs se réclamant de l'autonomie et des luttes contre les oppressions de genre. On se retrouve avec parfois 15 ou 20% de 'lesbiennes' de sexe masculin (sic) qui exigent que nous changions nos mots pour adapter un néo-langage orwellien". La sacro-sainte "inclusivité" peut en effet prendre des tournures curieuses, lorsqu'il s'agit d'adapter le vocabulaire : il ne faut ainsi plus dire "femme enceinte" mais "personne enceinte", afin de ne pas "exclure" les hommes trans (au corps de femme mais de genre masculin) ou "non-binaires", également susceptibles d'être "enceints". Dans le même ordre d'idée, on ne parlera pas de "femme" mais de "personne qui a des règles", ou même de "personne à vulve", cette fois-ci pour ne pas "invisibiliser" les femmes trans, qui bien que possédant un pénis et tous les attributs masculins, n'en restent pas moins des femmes comme les autres aux yeux des transactivistes.

Pour les militantes lesbiennes interrogées dans le cadre de cet article, ces contorsions langagières dissimuleraient une volonté d'invisibilisation des femmes et de la spécificité de leurs combats. On ne les contredira pas à la lecture du texte de Juliet Drouar publié sur le site de Mediapart ; cette "gouine, trans, militant-e féministe", propose tout bonnement de cesser d'utiliser le terme de "femme", simple "statut légal et moral et non un fait de nature", afin de lui substituer l'expression "personnes sexisé-e-s" pour désigner toutes les "personnes concernées par le sexisme, donc par la domination des hommes cis hétéro" !

En effet, d'après Drouar, "'femme' n'est pas le principal sujet du féminisme". Fatima Benomar relativise : "Ces débats rhétoriques sont extrêmement marginaux : en France, dans 99% des cas, tout le monde intériorise le fait que la question des règles ou de la grossesse est liée aux femmes et je ne pense pas que beaucoup de féministes craignent sérieusement pour leur liberté d'expression !" Notons également que certains préféreraient sortir des logiques tribales et parler un langage plus humaniste, à l'image de Florence Jacquet, femme trans et fondatrice de l'ONG LGBT Alternatif World : "Il ne faut pas discuter que de ce qui nous concerne ! Personnellement, ça ne me pose aucun souci de me battre pour d'autres causes que celles des trans".

Des tensions se font pourtant jour sur certains enjeux précis. Certaines militantes interrogées revendiquent leur volonté de créer des "espaces non-mixtes lesbiens", estimant "ne pas se sentir en sécurité" en présence de femmes trans ayant une apparence virile.

Plusieurs témoignages que nous avons recueillis relatent notamment une situation baroque : des personnes au corps d'homme, et attirés sexuellement par des femmes, se rendraient à des réunions de lesbiennes en affirmant être non pas des hommes cisgenre hétéros, mais... des femmes transgenres homosexuelles ! Rejeter leurs avances car elles possèdent un pénis serait ainsi... de la transphobie. "Tout ceci est extrêmement marginal", balaie Camille Lextray, qui raille une "théorie du complot, une chimère cherchant à faire croire que les hommes cherchent à infiltrer les milieux féministes et LGBT pour agresser des femmes en se faisant passer pour des trans". Difficile en effet d'estimer l'ampleur de ces épisodes surréalistes. Selon Fatima Benomar, ils sont en réalité insignifiants : "Je n'ai absolument jamais vu de femmes transgenre faire une crise pour s'immiscer dans un débat sur les violences conjugales subies par les femmes hétéro. On a affaire à une frange très minoritaire du féminisme qui veut faire d'un débat périphérique un sujet central". Notons toutefois qu'au sein des personnes trans, des débats existent également : sous couvert d'anonymat, une femme transgenre nous confie être partagée entre son "envie de défendre tout le monde" et son agacement à l'égard de femmes trans non opérées ou des personnes non-binaires, ressemblant en tous points à des hommes, qui "nuisent à la cause des personnes trans et adoptent des méthodes violentes similaires à celles des TERFs".

Les milieux féministes et LGBT sont-ils touchés par la transphobie ?

C'est l'avis de Camille Lextray, qui déplore "l'hostilité par rapport aux femmes trans. On les essentialise lorsqu'elles n'ont pas désiré faire d'opération, on fait de leur sexe le mal absolu, comme si c'était leur pénis qui rendait les hommes cis mauvais et pas la construction sociale masculine !" Sophie réplique : "Les lesbiennes et les féministes s'opposent à la violence en raison de l'expression de genre. Mais nier la biologie, c'est autre chose. On ne vit pas les mêmes choses qu'une personne de sexe masculin qui aime porter des robes." Marguerite Stern tient elle à opérer une distinction entre "les personnes trans qui souffrent de dysphorie de genre, problème psychiatrique reconnu, et les transactivistes qui viennent coloniser le débat féministe en ramenant tout à elles". Ces féministes qualifiées de TERFs voient même dans l'irruption du transactivisme une résurgence du patriarcat honni, certaines allant jusqu'à dénoncer une "idéologie imposant la présence de 'transfemmes' dotés de bites et de couilles dans les espaces non mixtes". Dans le camp d'en face, à l'image de Fatima Benomar, on dénonce au contraire une transphobie caractérisée : cette dernière consisterait à "prêter aux personnes trans des positions tranchées, comme si être trans était une catégorie de conviction politique. Affirmer qu'une femme transgenre serait un homme parce qu'elle a un pénis, ou pire, qu'elle constituerait un danger pour les autres femmes de ce fait, c'est de la transphobie !" D'autres soulignent qu'il est caricatural et blessant de comparer les femmes transgenres à des personnes qui se "déguiseraient" en s'affublant de traits féminins stéréotypés.

Aux yeux des transactivistes, le genre est indexé sur la volonté individuelle. Et puisqu'il appartient à l'individu et à lui seul de déterminer s'il est un homme, une femme ou autre chose, il suit que les barrières empêchant chacun de faire son choix devraient être levées. Certains promeuvent ainsi, pour les enfants ou pré-adolescents qui seraient en situation de dysphorie de genre (situation de détresse provoquée par un sentiment d'inadéquation entre son sexe biologique et son identité de genre), l'usage de bloqueurs de puberté ou la prise d'hormones. Dans une vidéo que Marianne a visionnée, Yuffi Tipoui, youtubeuse et militante transféministe, encourage ainsi les jeunes souhaitant opérer une transition de genre : "Si vous vous n'avez pas encore votre puberté ou qu'elle est juste en train de commencer, si un traitement hormonal tout de suite ou un bloqueur de votre croissance vous permettrait de gagner du temps et ne pas avoir cette foutue puberté qui s'enclenche dans le genre que vous ne voulez pas… Honnêtement, à ce moment-là, les jours sont comptés. Allez-y, faites vous un plan béton, préparez-vous à mort, et allez-y, rentrez dedans. (...) Si vous voulez commencer un traitement hormonal, vous n'avez pas cinq ans à perdre."
En France, les "parcours de transition" physique d'un genre à l'autre sont encadrés. Toute personne souhaitant suivre un traitement hormonal substitutif (THS) doit trouver un médecin pour obtenir une ordonnance et commencer des injections de testostérone ou d'oestrogènes. Les praticiens, notamment les endoctrinologues, réclament fréquemment une attestation psychiatrique (non obligatoire) aux personnes trans avant de valider le début du traitement. De plus, avant 18 ans, l'accord parental est nécessaire (avant 16 ans pour les bloqueurs de puberté). Concernant l'administratif, il est nécessaire de passer devant un juge des affaires familiales pour démontrer que la mention de son sexe à l'état civil ne correspond pas à celui sous lequel l'on se présente dans sa vie sociale, en mobilisant des documents, des témoignages de proches, etc. Les frais médicaux liés à la transition peuvent être remboursés grâce à une attestation d'affection de longue durée (ALD), laquelle s'obtient en complétant un formulaire avec un médecin et en l'envoyant à une caisse primaire d'assurance maladie (CPAM).
Doit-on permettre aux enfants ou adolescents déclarant être dans cette situation d'entamer le parcours médical ? Debrah Soh, docteure en neurosciences, est d'un avis opposé : cette spécialiste de la sexualité, alertée par le "déferlement d'articles élogieux sur des enfants transgenres dans à peu près tous les médias progressistes", souligne dans Le Point un fait passé sous silence par les transactivistes : "En l'état actuel des connaissances, toutes les études longitudinales menées sur des enfants dysphoriques montrent que la majorité cesse de l'être au cours de leur développement : à la puberté, ils dépassent progressivement leur impression d'être dysphorique et, à l'âge adulte, deviennent des personnes homosexuelles et non pas transgenres."

En clair, de nombreuses études scientifiques montrent qu'une majorité d'adolescents déclarant être en situation de dysphorie verront cette souffrance disparaître après leur puberté, l'identité de genre ne se stabilisant qu'à l'âge adulte. Si la dysphorie de genre, ne s'efface pas, des traitements hormonaux voire une opération chirurgicale peuvent effectivement être une solution pour l'apaiser, mais "considérer que l'homosexualité est préférable à une vie de supplémentation hormonale, d'opérations chirurgicales et de risques de stérilité ne devrait rien avoir de polémique", estime Debrah Soh. Florence Jacquet rappelle toutefois que "dans l'immense majorité des cas, les personnes ayant effectué leur transition ne regrettent pas leur choix, qui représente un épanouissement." La fondatrice d'Alternatif World estime de surcroît que "plus la transition est faite tôt, mieux c'est : elle permet d'éviter les souffrances, les moqueries, le désespoir", très fréquents chez les adolescents en situation de dysphorie.

Le furieux débat anglo-saxon
Marginale en France, la question trans occupe considérablement plus d'attention dans le monde anglo-saxon, où elle fait figure de sujet de débat majeur. Dernière polémique en date, une sortie de JK Rowling, célèbre auteure de la saga à succès Harry Potter. Réagissant à un article décrivant dans son titre des "personnes qui menstruent", l'écrivaine a alors tweeté : "Personnes qui menstruent. Je suis sûre qu'il existait autre fois un mot pour décrire ces personnes. Quelqu'un peut m'aider ?"

Un trait d'humour dénonçant l'effacement du mot "femmes" qui a donné lieu à une déferlante impressionnante contre la supposée "transphobie" de Rowling, accusée de "littéralement tuer les personnes trans avec [sa] haine". A froid, la Britannique a réagi en publiant un texte détaillant ses inquiétudes face au "nouvel activisme trans". Conclusion de JK Rowling : "Si le sexe n'est pas réel, la réalité vécue par les femmes est écrasée. Je connais et j'aime des personnes trans, mais éliminer le concept de sexe enlève à beaucoup la possibilité de parler de leurs vies. Ce n'est pas de la haine que de dire la vérité."

Bien souvent, l'opposition à l'auteure n'est pas constituée d'arguments, mais d'une accusation de "transphobie", et d'un mantra répété en boucle : "trans women are women" ("les femmes trans sont des femmes"), censé évacuer le débat.

La vulgate transactiviste est puissante outre-Manche. Un épisode lunaire l'a illustré près de Liverpool, le 8 mars dernier. Le conseil de Sefton (autorité administrative qu'on peut comparer à un conseil métropolitain), pour célébrer la journée des femmes, décide de dresser un drapeau orné de la définition de la femme selon le dictionnaire : "Femme, nom commun : être humain adulte de sexe féminin". Sacrilège ! Sur Twitter, un transactiviste lance l'alerte : "Le drapeau que vous faites flotter est un message subliminal hostile et transphobe" tweete Adrian Harrop, dénonçant la reprise d'un symbole créé par "un groupe de haine transphobe" au Royaume-Uni. Penaud, soucieux de "n'exclure personne", le conseil de Sefton a immédiatement fait retirer l'infamante bannière.
Si le débat est particulièrement intense outre-Manche, c'est que le volume et la nature des transitions y ont changé : au Royaume-Uni, en huit ans, le nombre de jeunes filles souhaitant prendre des hormones masculines a été multiplié par 44, pour atteindre plusieurs centaines.

En 2017, 45 des demandeuses étaient âgées de moins de six ans. Cela a conduit le gouvernement britannique à ouvrir une enquête afin de déterminer si la promotion effrénée des questions trans par les médias et l'école pouvait avoir une influence sur les enfants, et s'il était approprié d'encourager des jeunes prépubères à prendre des médicaments. Une étude menée par la physicienne Lisa Littman — aussitôt accusée de transphobie — a montré que 63% des enfants avaient fait l'objet d'un diagnostic concluant à de sérieux troubles psychiatriques ou à des incapacités neurodéveloppementales avant de demander à changer de genre. La ministre britannique des Femmes et des Egalités, Liz Truss, a finalement annoncé en avril qu'elle entendait interdire aux transgenres mineurs d'accomplir des opérations chirurgicales "irréversibles", et ce afin de "les protéger". Anomalies sportives et faits divers scabreux

Le même type de débat s'est déroulé plus au nord, en Suède, où il a même été à l'origine d'un scandale sanitaire. Dans le pays scandinave, le nombre de diagnostics de dysphorie de genre chez les filles de 13 à 17 ans a bondi de 1.500% entre 2008 et 2018. A l'automne 2018, le gouvernement social-démocrate a mis sur la table une loi faisant passer l'âge minimum pour une transition médicale de 18 à 15 ans, supprimant l'obligation de consentement parental, et fixant l'âge minimum de changement de genre à l'état civil à 12 ans. Alors que le texte devait être débattu puis voté, une télé d'investigation suédoise a publié un documentaire sur l'hôpital de l'université de Karolinska à Stockholm, montrant que l'établissement pratiquait des double mastectomies (ablation des seins) sur des jeunes filles de 14 ans et écartait les troubles psychiatriques des patients déclarant souffrir de dysphorie de genre. Le cas de Jennifer Ring a également ému la Suède : cette femme de 32 ans s'est suicidée quatre ans après avoir effectué une transition de genre à l'hôpital universitaire de Karolinska, alors qu'une autre clinique lui avait refusé les traitements en raison de signes de schizophrénie. Devant les critiques, le gouvernement suédois a décidé de suspendre les débats et a demandé une consolidation des données appuyant sa proposition de loi.
DANS LE MONDE DU SPORT
Le cas des trans crée également des tensions dans le monde du sport, où des personnes nées hommes mais se déclarant femmes participent à des compétitions féminines… qu'elles écrasent de leur supériorité, à l'image de la championne d'haltérophilie Laurel Hubbard, qui a soulevé 144kg à l'épaulé-jeté lors de la Coupe du Monde à Rome en janvier, ou de Rachel McKinnon, devenue une femme en 2012, qui a remporté le championnat du monde Masters de cyclisme sur piste en 2018 et 2019, battant au passage le record du monde de vitesse sur 200 mètres pour une femme âgée de 35 à 39 ans en octobre dernier.
En dehors de ces anecdotes sportives, de rares faits divers tragiques ont également contribué à alimenter les constats sur les excès du transactivisme : au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, la peur de ne pas être suffisamment "inclusif" a visiblement pris le pas sur les précautions de sécurité élémentaires : David Thompson, un criminel multirécidiviste de 52 ans condamné en 2018 pour une attaque au couteau et le viol de deux femmes, a convaincu les autorités britanniques qu'il s'identifiait désormais comme une femme, du nom de Karen White, et a obtenu d'être enfermé dans une prison pour femmes même si ses seuls efforts en matière de transition avaient consisté à changer son patronyme, porter une perruque et des vêtements féminins. Placé dans l'établissement pénitentiaire de New Hall à Wakefield, White s'est peu après rendu coupable d'agressions sexuelles contre deux codétenues. Le même événement s'est produit dans une prison de l'Illinois, aux Etats-Unis, où Janiah Monroe, une femme transgenre aux organes génitaux mâles, emprisonnée pour 32 ans après plusieurs meurtres commis sous l'identité d'Andre Patterson, a été accusée de viol en 2019 par une codétenue.
Les femmes trans sont évidemment bien trop peu nombreuses pour pouvoir menacer l'intégrité des compétitions de sport féminines, et les drames observés dans les prisons restent un phénomène extrêmement marginal ; les personnes trans souffrant de discriminations voire de violences sont d'ailleurs bien plus nombreuses que ces cas isolés. Mais ces quelques exemples montrent que la facilitation du changement d'identité de genre sans contrainte peut entraîner des tensions, voire mettre en danger les droits des femmes. Transphobie ou peur légitime ? La guerre entre TERF et transactivistes fait rage de l'autre côté de la Manche et de l'Atlantique, mais n'a pas encore atteint dépassé le cadre des cercles militants dans notre pays.
Source mariane.net 19/08/2020 ►Suite de l'article complet.

 

TRANSIDENTITÉ

"L'assignation sexuelle se réfère au fait d'avoir été assigné, ou nommé, selon le sexe du bébé, habituellement basé sur l’apparence des organes génitaux externes. L'identité de genre se réfère au sentiment et à l'expérience intime d'une personne quant à son propre genre, qui peut être différent de celui qui correspond au sexe assigné à la naissance
La transition désigne le processus d'adoption sociale et personnelle de l'identité correspondant au sentiment intime du genre d'une personne, sans nécessairement inclure l'intervention médicale (traitement hormonal, opérations, etc.), les changements concernant les documents juridiques (nom et/ou marqueur de sexe, certificat de naissance, etc), et l'expression personnelle (vêtements, accessoires, voix, langage corporel).
Les femmes trans peuvent ressentir de la dysphorie de genre, c'est-à-dire la détresse relative au décalage entre leur identité de genre et le sexe qui leur a été assigné à la naissance (et le rôle de genre associé, ainsi que les caractéristiques sexuelles primaires et secondaires)
Les femmes trans peuvent effectuer une transition (socialement, médicalement, démarches à l'état civil, etc). Un élément essentiel de la transition médicale concerne la prise d'œstrogènes, qui entraîne le développement des caractères sexuels secondaires féminins (seins, redistribution de la graisse corporelle, baisse du rapport taille-hanche, etc). Lorsque ce traitement est associé à une chirurgie de réattribution sexuelle, la personne pourra ne plus ressentir de dysphorie de genre, ce qui peut lui apporter un soulagement majeur.
De la même manière, un homme trans est une personne ayant été assignée femme à la naissance, mais dont l'identité de genre est masculine..." (WIKIPEDIA)

 

ROYAUME-UNI - Les lesbiennes manifestent à la London Pride 2018 !

"... des appels ont été lancés aux lesbiennes, aux hommes gays et aux personnes bisexuelles (LGB) pour se séparer du mouvement transgenre. De nombreux LGB se disent préoccupés par le fait que l'idéologie transgenre dans son incarnation moderne entre en conflit avec les intérêts des personnes aimant le même sexe, compromet les droits des femmes et des filles et encourage la transition des enfants non conformes au genre.

Les lesbiennes du mouvement #GetTheLOut ont annoncé leur mission de rompre avec le LBGT en marchant sur les lignes de front du défilé de la fierté de Londres 2018.
Les troubles croissants entre les communautés amoureuses de même sexe et transgenres ont maintenant donné naissance à l'Alliance LGB, un groupe britannique dédié exclusivement aux droits de la communauté aimante de même sexe..."(2018) ►Suite de l'article complet.  

 

Comprendre les TERF: leur histoire, leur pensée et leur «activisme»

Depuis que les personnes transgenres ont commencé à s'organiser et à lutter pour nos droits et pour des conditions de vie plus dignes, nous avons été confrontés à de nombreux obstacles. de certains secteurs de la communauté médicale aux fondamentalistes religieux et aux organisations politiquement conservatrices, nombreux sont les groupes qui se sont mobilisés dans le but de nier la validité des identités trans et de nous empêcher d'accéder aux services essentiels tels que des soins médicaux adéquats ainsi que attaquer nos droits.
Le plus inattendu de ces groupes est constitué de secteurs réactionnaires du féminisme radical qui s'approprient le discours féministe dans le but de lutter contre la reconnaissance des identités trans, une législation qui profite aux personnes trans et contre l'activisme trans.
Connues sous le nom de TERF (Trans-Exclusionary Radical Feminists), elles ont tendance à se qualifier de «Gender Critical», s'opposant au concept d'identité de genre et affirmant que seul le sexe biologique compte vraiment tout en prétendant lutter pour l'abolition du genre.
Les TERFS ont tendance à définir les «hommes» comme des «hommes humains adultes» et les «femmes» comme des «femmes humaines adultes». Ainsi, sous prétexte d'abolir le genre, ils entendent le lier à des caractéristiques sexuelles arbitraires (généralement comme des chromosomes ou des organes génitaux) d'une manière strictement binaire qui est non seulement transphobe mais également à l' va encontre de la biologie contemporaine , qui a de plus en plus tendance à considérer le sexe comme un spectre..."
Source medium.com 30/10/2019 ►Suite de l'article complet.
Poids: 
0

Les Comptes TDT Non-Participatifs devront être annulés
Merci de votre fidélité et votre soutien solidaire à la maintenance, à la sécurité et à l'hébergement du site
.

CAGNOTTE en ligne de SITE TASSE DE THÉ

RAPPEL : INSISTEZ LORS DE VOTRE CONNEXION et/ou  "RAFRAICHIR" LA PAGE (Le site fonctionne malgré les difficultés rencontrées... ),
Lorsque vous avez un contact mail,  pensez à relever l'E-MAIL de votre correspondante (sinon vous répondez au formulaire TDT)... 
Voir Questions Fréquentes
FAQ

 TANTRA LESBIENNE Stage
Initiation du 22 au 24/05/2020 à Nanteau s/Essonne (77)
Contact Mireille 06 26 65 78 29Plus d'infos

PARTICIPEZ
  à "votre"
Tasse de Thé !

 

Dernières Petites Annonces

Messages TDT

porto.jpgRENCONTREZ-VOUS!
Le but d'une PA est la rencontre. Un RDV bien géré sollicite vos 5 sens +le Feeling ! 
CONSEILS(Old TDT)
 

Zorra.jpg ►Publicité PARTENAIRES

►E-mails Invalides

ETHIQUE TDT

 
LA QUESTION TRANS ! | Tasse de Thé // version avec la balise HTML meta

Tasse de Thé - Portail Lesbien * Copyright - All rights reserved * 2013 - 2020  ❘ Contact  ❘ Plan du site