Site Lesbien

Famille homoparentale : Parent biologique, parent adoptant… ?
homoparent-lesbi_2.jpg
DROITS HOMOPARENTS
Qui est considéré comme étant le "parent légal" de l’enfant ? La reconnaissance conjointe d’un enfant par un couple de femmes...
Il est désormais INTERDIT d'acheter un chien ou un chat au sein d'une animalerie et sur Internet.
chien-chat2024_0.jpg
Tasse de Thé lutte AUSSI pour la cause Animale !
Depuis le 1er janvier 2024 : Parmi les mesures phares de ce texte, l’interdiction de vendre des chiens et des chats dans les animaleries et sur internet...
 
VOTRE HOROSCOPE LESBIEN 2024
horoscope lesbien_3.jpg
Les Astres et votre Tasse de Thé vous répondent...
Hand-Ball féminin - Les bleues en Finale !
handball-feminin_0.jpgTasse de Thé ❤️ les Sportives !
Mondial de handball féminin. La France élimine facilement la Suède et jouera la Norvège en finale.....
Faire son coming out est une histoire sans fin...
coming-out-jeannemag_0.jpg
Tasse de thé ❤️ JEANNE MAG !
"Je suis ouvertement lesbienne, mais je suis mitigée concernant la Journée du coming out..."
Pourquoi la visibilité des lesbiennes plus âgées est-elle si essentielle
raga-et-nicola_0_0.jpg
VIEILLIR EN ROSE
Raga et Nicola(photo) , l’un des premiers couples de lesbiennes à emménager dans le Tonic Housing de Londres, la première communauté de retraités LGBTQ+ du Royaume-Uni....

LezPresse

lesbophobie-barcelone_1.jpg
LESBOPHOBIE ENCORE!

BARCELONE - Nous devenons plus forts, plus visibles. Nous nous sentons de plus en plus bien dans notre peau. Les lois nous protègent et nous permettent de prendre des décisions comme celles que prennent sans problèmes les personnes hétérosexuelles, se marier, avoir des enfants, devenir parent, adopter, etc.

Pourtant, malgré cela, parfois certaines nouvelles font éclater notre bulle et nous nous rendons compte que la lesbophobie continue de sévir dans de nombreux cerveaux. Cette intolérance continue de trouver des espaces pour nous coincer et nous attaquer...
Au début de l'été, nous vous racontions avec horreur comment un couple de mères lesbiennes avait été battu devant leurs enfants au Parque Warner , à Madrid, par un groupe de femmes et d'hommes. Pourquoi ? Pour être lesbiennes. Aussi simple que complexe.
Aujourd'hui, nous vous racontons qu'à Barcelone, l'une des villes les plus gay-friendly de la planète, deux jeunes filles ont été agressées et insultées tôt dimanche matin, alors qu'elles marchaient dans la rue Artesanía del Nou Barris.

Un homme de 34 ans et une femme de 28 ans ont commencé à leur lancer des insultes lesbophobes et à les frapper. Elle avec des coups de poing et lui avec une barre extensible.

Après l'attaque, une casquette a été volée. Grâce à la plainte déposée par l'une des victimes, les agresseurs ont été arrêtés quelques heures plus tard. Ils cumulent plus de 20 enregistrements.
Nos pensées vont au couple attaqué. Nous ne pouvons pas imaginer à quel point il peut être difficile de se remettre d'une attaque basée sur sa propre orientation sexuelle . La colère et la douleur causées par l'injustice.
Et notre cœur est aussi avec la visibilité. Ils ne pourront pas nous gérer. Ils ne le pourront pas avec notre droit à l’amour et à la liberté.
Source ► mirales.es - 14/09/2023
Poids: 
0

  
roumanie-georgina-mihaela.jpg
NOS LESBI-HEROÏNES

En mai, la Cour européenne des droits de l'homme a ordonné à la Roumanie de reconnaître les couples de même sexe. Nous avons discuté avec deux des plaignants de cette décision révolutionnaire et de ce qu'elle signifie spécifiquement.

Georgiana Tucan (à gauche) et Mihaela Pop sont deux des 42 plaignantes qui se sont battues pour obtenir une condamnation contre la Roumanie devant la Cour européenne des droits de l'homme - en raison du manque de protection des relations homosexuelles...(...)
Elles sont en couple depuis cinq ans. Ils ne sont pas autorisés à se marier dans leur pays roumain car ils sont deux femmes. Parce qu'il n'existe pas de reconnaissance légale pour les couples de même sexe, ils ont poursuivi l'État roumain devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) et ont eu raison fin mai.

Les juges de la CEDH ont en fait considéré la situation juridique actuelle comme une violation de l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme. Il s'agit du droit au respect de la vie privée et familiale. Que signifie le procès pour votre relation avec votre pays d'origine, la Roumanie ?

Mihaela : Mais ce que nous demandons, c'est seulement ce à quoi nous avons droit. Nous voulons enfin avoir les mêmes droits que les couples hétérosexuels. Nous payons des impôts de la même manière, faisons notre travail de la même manière, donc en tant que famille, nous devrions être tout aussi protégés.
La société roumaine est-elle prête à franchir cette étape ?
Georgiana : Oui, définitivement. Bien entendu, de nombreux hommes politiques affirment le contraire ou, du moins, retiennent le soutien public à la communauté LGBTI. Il y a encore beaucoup de discrimination dans l’ensemble. Il existe encore beaucoup de stigmatisation associée au fait d'être queer en Roumanie.
Mihaela : La plupart du temps, nous nous identifions en public comme un couple de lesbiennes. Alors on ne se cache pas, on est assez ouvert à ce sujet. Nous nous tenons également la main ou nous nous embrassons. Mais bon, malheureusement on vit parfois des choses très désagréables dans la rue...
Mais vous ne vous laisserez pas intimider ?
Géorgiena : Non. Je n'ai peur de rien. Il est de notre devoir de lutter pour le changement. Partout où nous allons, nous sommes très ouverts : nous sommes une famille.
Comment envisagez-vous l’avenir ? Où vous voyez-vous dans dix ans ?
Georgiana : Mon rêve serait d’abandonner le militantisme car il n’est plus nécessaire. Mais ce n'est pas tout à fait réaliste.
Mihaela : Nous voulons absolument nous marier dans dix ans. Et bien sûr, partir en lune de miel, voyager en Europe, être heureux. Mon grand souhait est que cette décision rende notre pays tout entier plus démocratique et plus juste....
Source ► INTERVIEW - queer.de 14/09/2023
Poids: 
0

  
serbie-pride2023_1.jpg
NOUS SOMMES DES MILLIONS !

Des centaines de militants de la Fierté se sont rassemblés samedi dans Belgrade, la capitale serbe, au milieu d’une forte présence policière et de messages anti-homosexuels envoyés par les dirigeants conservateurs du pays et des groupes d’extrême droite.

L’année dernière, l’événement LGBTQ+ a été entaché d’affrontements entre la police et des groupes anti-fierté qui estimaient que le rassemblement allait à l’encontre des valeurs traditionnelles orthodoxes chrétiennes serbes et qu’il devrait être interdit...
L’année dernière, l’événement LGBTQ+ a été entaché d’affrontements entre la police et des groupes anti-fierté qui estimaient que le rassemblement allait à l’encontre des valeurs traditionnelles orthodoxes chrétiennes serbes et qu’il devrait être interdit.
Lors d’un rassemblement contre la marche, une cinquantaine de manifestants anti-gai et de prêtres orthodoxes ont brandi des icônes religieuses devant une église du centre-ville au passage des participants à la marche de la fierté.

Rappelons que première ministre Ana Brnabic, proche alliée de M. Vucic, est la première femme politique ouvertement lesbienne du pays des Balkans. Elle s’est cependant rarement prononcée en faveur des droits LGBTQ+ en Serbie.

Avant la 11e marche consécutive de la Fierté en Serbie, le président populiste du pays, Aleksandar Vucic, a déclaré que tant qu’il serait au pouvoir, il n’approuverait pas une loi autorisant les mariages ou les partenariats entre personnes de même sexe.
Pendant que les ambassades et bureaux de représentation de 25 pays et la délégation de l’Union européenne en Serbie ont publié une déclaration commune de soutien aux valeurs de la Fierté et appelant à la protection des droits des personnes LGBTQ+.
-«À l’occasion de la Fierté de Belgrade 2023, nous souhaitons réaffirmer notre engagement à respecter, promouvoir et protéger les droits de l’homme pour tous, indique le communiqué commun. Nous sommes fiers de soutenir la communauté LGBTQ+ en Serbie et soutenons fermement les valeurs que représente la fierté : l’acceptation, l’inclusion et la diversité.»
La Serbie souhaite officiellement rejoindre l’Union Européenne, mais sous le règne de Vucic, qui dure depuis plus de dix ans, elle a progressivement glissé vers la Russie et ses politiques anti-occidentales, notamment le manque de respect pour les droits des homosexuels.
Source ► fugues.com 11/09/2023
Poids: 
0

  
bukgarie-droitskgbt_1.jpg
BULGARIE ou pas...

Les deux femmes,Darina Koilova et Lilly Babulkova (photo), mariées en 2016 en Angleterre, dénonçaient le refus des autorités bulgares à inscrire la mention « mariée » sur leurs registres d’état civil.

La Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a condamné mardi la Bulgarie pour avoir refusé de reconnaître l’union à l’étranger d’un couple de lesbiennes...
Cette décision a été saluée par les militants dans ce pays de l’Union européenne régulièrement accusé par Bruxelles et Washington de bafouer les droits de la communauté LGBT+.
La Cour, qui veille au respect de la Convention européenne des droits humains dans les 46 Etats membres du Conseil de l’Europe, avait été saisie par deux ressortissantes bulgares qui se sont mariées en 2016 au Royaume-Uni, où elles vivaient depuis sept ans.

Darina Koilova et Lilly Babulkova, toutes deux âgées de 37 ans, habitent aujourd’hui à Sofia. Elles dénonçaient le refus des autorités bulgares de faire figurer sur les registres d’état civil la mention “mariée” et expliquaient ne pouvoir bénéficier de la protection juridique qu’elles estimaient leur être due.

Les magistrats de la CEDH, qui siègent à Strasbourg, leur ont donné raison et ont condamné la Bulgarie pour violation des droits garantissant le respect de la vie privée et familiale, inscrits dans la Convention (article 8).
La Cour a décidé à l’unanimité que son jugement constatant cette violation constituait en soi une réparation suffisante du dommage moral subi par les requérantes. Elle demande à la Bulgarie de leur verser 3 000 euros pour leurs frais de justice.
-“C’est un pas vers la justice pour nous et notre communauté en Bulgarie“, ont réagi les deux plaignantes, espérant désormais un changement de législation pour entériner une reconnaissance des couples homosexuels.
-“Ce n’était qu’une question de temps“, s’est félicitée leur avocate Denitsa Lyubenova, saluant cette première condamnation prononcée par la CEDH contre le pays des Balkans sur ce sujet.

-“Nous attendons désormais des actions du gouvernement“, a-t-elle ajouté, même si peu d’avancées sont attendues dans l’immédiat alors que la classe politique est prudente et l’opinion publique largement hostile à la communauté LGBT+.

Les arrêts de la CEDH, qui s’imposent aux Etats concernés, peuvent conduire les gouvernements à modifier leur législation et leur pratique administratives.
La Bulgarie, ancien pays communiste, n’autorise ni le mariage ni l’union civile entre personnes de même sexe tout comme la Roumanie voisine, condamnée en mai par la CEDH qui avait été saisie par 21 couples homosexuels.
Source ► fugues.com 07/09/2023
Poids: 
0

  
nepal-pride_1.jpg
NÉPAL LGBT...

Des centaines de membres de la communauté LGBTQ du Népal ont défilé jeudi à Katmandou pour une Marche des fiertés dans la capitale de ce pays ouvert aux droits des minorités sexuelles, mais où des difficultés demeurent pour accéder aux pleins droits du mariage...

La Cour suprême a rendu en juin une ordonnance provisoire autorisant tous les couples de même sexe et trans à enregistrer leur mariage, mais deux mois plus tard, aucun n’a pu le faire.
Ainsi, Gurung, femme trans de 41 ans et Surendra Pandey, un homme de 27 ans, déjà mariés selon le rite hindou en 2017, ont été parmi les premiers à signer. Mais le tribunal de district a refusé d’enregistrer leur mariage, se fondant sur son interprétation de l’ordonnance de la Cour suprême. Le couple a déposé un recours auprès de la Haute Cour mais les audiences ont été reportées de plusieurs semaines.
Sans document officiel, le couple se trouve dans un “vide juridique” et ne peut accéder aux droits d’un couple marié comme la propriété commune ou l’adoption.

Ce couple devait ouvrir la voie à d’autres. “Mais l’enregistrement n’est qu’un début. Nous avons besoin de dispositions juridiques permettant à tous les couples d’obtenir des droits qui constituent la norme dans un mariage“, a souligné la militante trans Bhumika Shrestha, 35 ans, qui espère épouser son partenaire depuis plus de quatre ans.

La marche a été programmée pour coïncider avec le festival hindou de Gai Jatra, qui est traditionnellement un moment d’hommage aux personnes mortes récemment. C’était, au temps de la monarchie, l’occasion pour la population de défiler avec des costumes bigarrés faisant la satire des politiciens, sur fond de fanfares.
Le Népal possède certaines des lois les plus progressistes d’Asie du Sud sur l’homosexualité et les droits des trans : réformes anti-discriminations en 2007, introduction d’une troisième catégorie de genre sur les documents de citoyenneté en 2013, en 2015 sur les passeports.
“Nous avons de nombreux droits (…) mais nous devons lutter sur le terrain pour les mettre en oeuvre”, a nuancé Pinky Gurung, responsable de l’association de défense des droits Blue Diamond Society.
Selon elle, plus de 900 000 des 30 millions d’habitants du Népal déclarent appartenir à une minorité sexuelle.
Source ► fugues.com 05/09/2023
Poids: 
0

  

Pages

⚠️ Les Comptes TDT Non-Participatifs ne seront pas validés.
Merci par avance de votre fidélité et soutien solidaire à la maintenance, à l'hébergement, à la sécurité du site et ainsi contribuer à notre lutte pour la visibilité saphique !

CAGNOTTE de TASSE DE THÉ (indiquer votre (Pseudo)

   imag-cagnotte_4.jpg
       Spot PARTICIPATIONS & DONS

 

Dernières Petites Annonces

LezPresse | Tasse de Thé

Tasse de Thé - Portail Lesbien * Copyright - All rights reserved * 2013 - 2024  ❘ Nous Contacter  ❘ Old TdT  ❘ Plan du site