Site Lesbien

Taylor Swift célèbre les fiançailles lesbiennes lors de son concert
concertTaylorSwift_0_0_0.jpg
BILLETS DOUX
Il n'est pas surprenant que lors des concerts de Taylor Swift de voir des gens se fiancer...
Albe rend hommage aux femmes fortes, puissantes et queer
Albe_0.jpg
TALENTS de FEMMES
"Sorcières"(clip sorti en avril dernier) raconte la rencontre de deux femmes lors d’un des concerts de Albe (photo)...
"LESBIENNES, QUELLE HISTOIRE ?"
Docu-MarieLabory_1_0.jpg
Tasse de Thé a sélectionné pour vous !
"LESBIENNES, QUELLE HISTOIRE ?" Accessible au replay sur la chaine HISTOIRE TV...
Double demande en mariage lesbien en plein match de hockey !
hockey-mariageLesbien_0.jpg
POTINS LESBIENS
ÉTATS-UNIS-"Félicitations à Gaby et Nicole pour leurs fiançailles !" en plein match de hockey féminin...!
Élodie FONT - "À nos désirs"
elodieFont_1.jpg
Tasse de Thé a sélectionné pour vous !
Sortie du livre d'Élodie FONT "À nos désirs", dans l'intimité des Lesbiennes"...
 
RUGBY FÉMININ - Tournoi des Six Nations
rugby-lesbleues_0.jpgTasse de Thé ❤️ les Sportives !
Écosse - France ce samedi 30 mars à 15h15 sur France 2..
StaceyArnoldYerkes_1.jpg
JUSTICE pour HARCÈLEMENT ANTI-FEMME /LESBIENNE

Une policière lesbienne a fait face à des décennies de terrible discrimination. Un jury fédéral de six personnes a accordé 2,6 millions de dollars à un ancien officier de l'Ohio State Highway Patrol (OSHP) qui a été victime de discrimination et harcèlement anti-femme et anti-lesbienne.

Stacey Arnold Yerkes a travaillé comme officier OSHP de 1994 à 2018 et est devenue une sergente primée au cours de ses 25 années avec la patrouille. Pendant ce temps, elle a déclaré que ses supérieurs hiérarchiques directs l'avaient harcelée et punie plus sévèrement que ses collègues masculins hétérosexuels.
Ses superviseurs auraient mis de la pornographie dans son casier, l'auraient traitée de "stupide" et de "salope" et l'auraient interrogée sur sa vie sexuelle...
Lorsque Jebriel Teague s'est plaint de l'utilisation par ses collègues d'insultes homosexuelles..., ses superviseurs lui ont dit de l'ignorer, puis de réduire ses heures.(...)
Un superviseur aurait mis une enveloppe dans son casier contenant une photo de "deux femmes nues, embrassées dans une position sexuelle, avec une femme ayant un serpent dépassant de son [espace privé]", a déclaré son procès. L'un de ses superviseurs aurait ri et lui aurait demandé plus tard : « Avez-vous reçu notre enveloppe ?
Un superviseur lui aurait demandé si elle portait des sous-vêtements ou si elle était déjà allée dans une arrière-boutique avec ses amies pour avoir des relations sexuelles. Un autre lui aurait dit de déplacer son "gros cul hors du chemin" ; une manière de parler qui n'a jamais été utilisée sur ses collègues masculins.

(...) Ils lui auraient dit que ses cheveux courts avaient l'air "stupide" et "salope". Quand elle est arrivée un jour avec du maquillage et des boucles d'oreilles, ils auraient dit: "Quoi, essaie-t-elle d'être une fille maintenant?"

Lorsqu'elle a demandé à prendre un congé familial pour la naissance de son fils, sa demande a été rejetée, prétendument parce qu'elle avait une femme et qu'on lui avait dit « ce n'est pas la même chose » qu'une demande hétérosexuelle de congé familial.

Après avoir refusé sa demande de congé familial, Yerkes a déclaré que les superviseurs avaient commencé à la discipliner plus durement que ses collègues masculins. Ils l'auraient réprimandée plus sévèrement pour être arrivée une minute en retard au travail qu'un collègue masculin arrivé avec 26 minutes de retard.
Les superviseurs l'auraient également sanctionnée pour avoir laissé son véhicule de patrouille en marche et sans surveillance dans le parking d'un poste de l'OSHP, pour ne pas avoir porté de chapeau pendant son service et pour ne pas avoir témoigné devant un tribunal alors qu'elle était en congé de maladie - toutes choses que ses collègues masculins ont fait sans faire face à aucune discipline.
Lorsqu'elle s'est plainte à son supérieur direct en décembre 2017, il en aurait informé ses supérieurs mais n'aurait pris aucune mesure supplémentaire. Elle a ensuite déposé une plainte pour discrimination auprès de l'Equal Employment Opportunity Commission (EEOC).

Une semaine après le dépôt de la plainte, un superviseur a exigé qu'elle montre un tatouage sur son bras qu'elle gardait caché sous une manchette médicale. Elle l'a gardé caché parce que "la politique de tatouage de l'OSHP exige que les employés cachent leurs tatouages ​​​​quand ils portent des uniformes", a déclaré le procès de Yerkes.

Après avoir refusé d'obtempérer, un superviseur l'a accusée d'insubordination et l'a ensuite placée en congé administratif involontaire pour avoir prétendument enfreint la politique de tatouage de l'OSHP. Les collègues masculins avec des tatouages ​​visibles n'ont pas été sanctionnés pour avoir enfreint la politique.
En février 2018, on lui a dit qu'elle devait accepter ce qui suit comme «accord de dernière chance» pour continuer à travailler: une rétrogradation, un changement de département, un détatouage chirurgical et le retrait de sa plainte pour discrimination EEOC. Au lieu de cela, elle a choisi de prendre sa retraite et de poursuivre l'OSHP et ses superviseurs.
Le jury a accordé à Yerkes plus de 1,3 million de dollars en dommages-intérêts compensatoires, plus de 624 000 dollars en arriérés de salaire et plus de 684 000 dollars en perte de salaire, a The Columbus Dispatch rapporté . L'OSHP a nié toutes ses allégations.
Source ► lgbtqnation - 12/08/2023
Poids: 
0

⚠️ Les Comptes TDT Non-Participatifs ne seront pas validés.
Merci par avance de votre fidélité et soutien solidaire à la maintenance, à l'hébergement, à la sécurité du site et ainsi contribuer à notre lutte pour la visibilité saphique !

CAGNOTTE de TASSE DE THÉ (indiquer votre (Pseudo)
États-Unis : Justice pour une policière lesbienne harcelée pendant des décennies de terrible discrimination. | Tasse de Thé

Tasse de Thé - Portail Lesbien * Copyright - All rights reserved * 2013 - 2024  ❘ Nous Contacter  ❘ Old TdT  ❘ Plan du site