Chantal DELATORRE
¨Capitaine de Tasse de thé...
cineGay.jpgPETIT MEMENTO TDT  Festivals LGBTQI+
Prenez soin de vous !LESBI-Santé
twitter.jpg facebook.jpg Réseaux Tasse de Thé, Portail Lesbien
 
We’Moon Land : un sanctuaire pour les femmes et la nature en Oregon
WeMoon land_0.jpg
Terre Lesbienne
Nichée dans les collines du nord de l’Oregon, s’étendant sur 52 acres de verdure, se trouve une communauté de womyn intentionnelle connue sous le nom de We’Moon Land.
Christina ROSMINI En concert à Marseille !
christinaRosmini3_0.jpgTasse de Thé a sélectionné pour vous !
Talent de Femme "Friendly" : Vendredi 20 janvier 20h30 - Espace Julien Marseille...
RUGBY Féminin : Heureuses nouvelles !
XVFéminin-HappyNews_0.jpg
Tasse de Thé AIME les Sportives !
 La talonneuse et vice-capitaine du XV de France féminin, Agathe Sochat, Adèle et leur bébé Nina + Laure Sansus et Pauline Bourdon préparent leur mariage...
Le documentaire sexuel de Cara Delevingne explore le désir féminin...
CaraDelevingne_2.jpg
PLANET SEX ?
 L'actrice et chanteuse Cara Delevingne,  également présente en avant-première du documentaire Planet Sex, où elle explore le désir féminin...
DENA une humoriste iranienne et lesbienne engagée !
Dena_0.jpgTasse de Thé a sélectionné pour vous !
"Dena cartonne avec son one-woman-show "Princesse Guerrière" ...
Coupe du monde féminine de Rugby 2022
RugbyFeminin_0_0.jpgTasse de Thé AIME les Sportives !
"les Bleues gagnent contre les Fidji et se qualifient pour les quarts !... "
ShadiAmin_1.jpg <
Le voyage d’une héroîne de la vie réelle

   Shadi Amin, fondatrice de 6Rang, la plus grande organisation LGBTQ + d’Iran, est devenue l’une des militantes lesbiennes iraniennes les plus en vue.

   À l’âge tendre de 19 ans, avec un faux passeport en poche, Shadi Amin a entrepris le voyage le plus ardu et le plus important de sa vie. Voyageant hors d’Iran, elle a traversé péniblement le Pakistan et la Turquie, continuant à travers l’Europe jusqu’à ce qu’elle atteigne l’Allemagne, où son avenir en tant que militante LGBTQ + primée l’attendait...
   Aujourd’hui, Amin est membre fondateur de 6Rang, The Iranian Lesbian and Transgender Network – la plus grande organisation LGBTQ + en Iran. De retour en Iran, Amin était « une étudiante très politique », a-t-elle déclaré à GO au téléphone. « Enfant, j’ai vécu la révolution en Iran, j’étais contre le gouvernement... »
  La présentation plus masculine d’Amin signifiait qu’elle pouvait passer inaperçue dans les rues la nuit, participant à des manifestations contre l’ayatollah Khomeiny (le « premier guide suprême de l’Iran », qui a dirigé son gouvernement farouchement anti-occidental de 1979 jusqu’à sa mort en 1989). « Jusqu’au dernier jour où j’ai vécu en Iran, j’ai refusé de porter un hijab et je ressemblais aux autres garçons de la rue. »

  En tant qu’adolescente iranienne, Amin n’avait aucune représentation du « lesbianisme » pour l’aider à se comprendre. De même, sa famille ne la soupçonnait pas d’être une femme queer parce qu’ils n’avaient pas d’exemples ou d’expériences queer dans leur culture. (...) En raison de cette confusion et de cette honte, la relation d’Amin avec sa petite amie de l’époque, Mana, devait rester secrète. « Elle était si belle », se souvient Amin. Mais Amin n’aurait probablement pas eu l’occasion d’être l’activiste qu’elle est maintenant si elle avait été révélée en Iran avant son évasion.

   Ainsi, son invisibilité lesbienne a agi comme un bouclier, permettant à l’une des activistes lesbiennes iraniennes (qui sera bientôt) la plus en vue de quitter son pays sans être révélée comme LGBT. Amin a décidé de rester dans le placard quand elle est arrivée en Allemagne. De tous ces kilomètres, elle ressentait la pression de rendre sa famille fière. « Mes parents avaient souffert à cause de mes activités politiques et je ne voulais pas qu’ils souffrent aussi à cause de ma maladie », dit-elle. Ainsi, elle a épousé un homme qu’elle décrit jovialement comme « l’homme le moins sexuel du monde ». Son mari est devenu plus un collègue, un frère avec qui elle s’amusait et jouait au football. « Et pendant ces cinq années de mariage, je n’ai pas pensé à ma vie passée, à ma petite amie, tout a été supprimé de mon esprit », dit Amin.

  Jusqu’à un après-midi de 1995, alors qu’Amin vivait sa vie conjugale non sexuelle à Francfort, lorsque le téléphone a sonné. C’était Mana, appelant de Turquie. Elle avait réussi à sortir d’Iran et avait obtenu le contact d’Amin de son cousin. « Dès que j’ai entendu sa voix, c’était comme ouvrir à nouveau la porte à mon passé, à tous mes sentiments et j’ai réalisé à quel point mon existence réelle me manque... qui je suis vraiment. Amin a couru à la bibliothèque des femmes de l’université locale et a commencé à lire tout ce qu’elle pouvait sur le genre et l’orientation sexuelle. « J’ai commencé à m’en occuper », dit-elle d’un ton neutre. À un moment donné au cours de notre entretien, Amin s’excuse pour son anglais, ce à quoi je la rassure qu’elle parle avec le cœur, ce qui se traduit dans n’importe quelle langue. Plus tard cette année-là, Amin s’est rendue à la 4e Conférence mondiale sur les femmes, à Pékin, où des lesbiennes du monde entier se sont réunies – dans ce qui a été qualifié de plus grande campagne de visibilité lesbienne de l’histoire – pour manifester et exiger les pleins droits sexuels pour toutes les femmes. Ce fut un véritable moment clé pour Amin; « C’est ce que je suis », pensa-t-elle en voyant son peuple se lever et réclamer sa place. « C’est a vie. »

Peu de temps après, le divorce d’Amin d’avec « l’un des meilleurs hommes iraniens que j’ai jamais rencontrés » a été finalisé. De retour à sortir avec des femmes et bientôt à vivre avec son partenaire, Amin a officiellement fait son coming out en 1997 (deux semaines avant Ellen Degeneres, note-t-elle en souriant).

Amin s’est fait connaître du public en donnant la première conférence sur les relations homosexuelles d’un point de vue iranien à Berlin en 1997. Elle a également traduit le premier et unique texte persan sur l’existence lesbienne, Ghodrat va Lezzat (Pouvoir et joie), un livre d’essais d’Adrienne Rich et Audre Lorde. « J’étais vraiment connue dans toute la communauté iranienne comme lesbienne, je n’avais plus rien à cacher », a-t-elle déclaré. Et Amin a saisi, et saisit toujours, toutes les occasions qui lui ont été offertes. « Quand une chaîne d’information m’appelle pour me demander si je peux venir au studio pour une interview, j’y vais, peu importe ce que je fais. Je ne veux manquer aucune occasion de parler à des millions de personnes en Iran.

Se tournant vers sa communauté militante pour trouver du réconfort, dont la plupart étaient des féministes hétérosexuelles, Amin s’est fait dire que la presse écrit tout le temps des choses négatives sur tout le monde et qu’elle devrait l’ignorer. Cette réponse lui a fait prendre conscience des intersections distinctes de la discrimination à laquelle sont confrontées les lesbiennes. « Cela m’a fait réaliser qu’ils ne peuvent pas me comprendre, personne ne me comprend dans ces situations, en tant que lesbienne. Seules les personnes qui ont souffert à cause de la discrimination fondée sur leur identité de genre ou leur orientation sexuelle peuvent me comprendre. »

Dans le plus pur style Shadi Amin, elle a appelé 20 Iraniens queer de divers pays de l’UE (France, Allemagne, Danemark, Autriche, Belgique), de Turquie et d’Iran aussi. Ils sont tous venus à Francfort pour une réunion de trois jours au cours de laquelle ils ont discuté de la nécessité d’un réseau capable de résister à ce type d’attaque. De cette rencontre est né 6Rang, le Réseau lesbien et transgenre iranien (la plus grande organisation iranienne LGBTQ+ au monde). Avec une gamme d’activités, allant de la pétition au gouvernement, à la rédaction de rapports, en passant par le fait d’être très actif sur les médias sociaux et de travailler avec les jeunes, l’organisation est une bouée de sauvetage pour les personnes queer en Iran, dans la diaspora et dans la région en général. Ils ont plus de 2500 personnes dans leur communauté WhatsApp, la plupart d’entre eux entre 13-25 ans. « Les jeunes viennent nous voir pour obtenir des conseils juridiques et un soutien psychologique, et nous offrons un soutien quotidien, huit heures par jour, nous organisons des séances avec des psychologues et des conseillers juridiques. » Dès le début, l’organisation a clairement indiqué qu’elle ne voulait pas seulement travailler en ligne ou strictement pour faire sortir les personnes queer du pays. Ce que 6Rang aspire à créer, c’est « un changement de culture en Iran », dit Amin. « Nous voulons faire changer d’avis la famille sur les questions LGBTI+. »
C’est pourquoi Amin peut souvent être trouvée sur VOA Farsi, MBC Perse et à l’ONU, avec ses idées en streaming dans les salons à travers le pays et la diaspora. Tout ce que 6Rang publie est publié en kurde, turc, arabe et farsi. « Les familles ont vraiment besoin d’entendre toutes ces explications dans leur propre langue pour mieux les connaître, pour se sentir plus proches des problèmes », dit Amin.

6Rang travaille sans relâche pour et avec la communauté LGBTQ + d’Iran, et défend toujours les droits et la vie des lesbiennes et des transgenres en particulier. Tout au long de cette période immensément tumultueuse en Iran, 6Rang continue de se concentrer sur deux militantes lesbiennes iraniennes condamnées à mort. Ils ont mobilisé une énorme attention internationale sur le sort des femmes qui sont incarcérées à la prison centrale d’Orumiyeh en ce moment même.

Pendant quatre mois, 6Rang n’a reçu aucune mise à jour de l’Iran « en raison du verrouillage d’Internet », a déclaré Amin à GO. Puis, le 16 janvier, l’organisation a annoncé que l’aété accepté par les deux militants LGBTQ+. 6rang a attribué à l’élan international de soutien et d’indignation, ainsi qu’aux campagnes, le succès de la pression sur les autorités iraniennes pour qu’elles abandonnent les condamnations à mort. « Nous sommes ravis de voir le succès de nos campagnes et l’acceptation de l’appel », écrit Amin, mais nous devons travailler encore plus dur pour assurer [...] Sareh et Elham sont libérées », dit Amin. Les vraies paroles d’une militante qui continue de donner sa vie pour faire de son pays, et de ce monde, un endroit plus juste et plus libre pour nous tous.
Source gomag.com -19/01/2023 - (Article complet sur le site) 
Poids: 
0

⚠️ Les Comptes TDT Non-Participatifs ne seront pas validés.
Merci par avance de votre fidélité et soutien solidaire à la maintenance, à l'hébergement, à la sécurité du site et ainsi contribuer à notre lutte pour la visibilité saphique !

CAGNOTTE de TASSE DE THÉ (indiquer votre (Pseudo)

Dernières Petites Annonces

Spot Suite LEZ ANNONCES TDT
SpotListes Catégories et Départements...

L'éthique de Tasse de Thé
porto.jpgRENCONTREZ-VOUS!
Le but d'une PA est la rencontre. Un RDV sollicitera vos 5 sens +le Feeling!Conseils OLD TDT
Une militante lesbienne iranienne : Shadi Amin... | Tasse de Thé

Tasse de Thé - Portail Lesbien * Copyright - All rights reserved * 2013 - 2023  ❘ Nous Contacter  ❘ Old TdT  ❘ Plan du site