Chantal DELATORRE
¨Capitaine de Tasse de thé...
cineGay.jpgPETIT MEMENTO TDT  Festivals LGBTQI+
Prenez soin de vous !LESBI-Santé
twitter.jpg facebook.jpg Réseaux Tasse de Thé, Portail Lesbien
 
Rose Valland, résistante et lesbienne...
RoseValland_2_0.jpgNOS LESBI-HÉROÏNES !
Rose Valland (photo) résistante française, elle a joué un rôle décisif dans la sauvegarde et la récupération de plus de 60 000 œuvres d'art spoliés par les nazis...
L’histoire de la princesse Catherine Duleep Singh
CatherineDuleepSingh_0.jpg
UNE PRINCESSE !
Mois de l’histoire LGBT+ 2023 (Londres): La princesse qui vivait avec son amante femme dans l’Allemagne nazie...
We’Moon Land : un sanctuaire pour les femmes et la nature en Oregon
WeMoon land_0.jpg
Terre Lesbienne
Nichée dans les collines du nord de l’Oregon, s’étendant sur 52 acres de verdure, se trouve une communauté de womyn intentionnelle connue sous le nom de We’Moon Land.
Christina ROSMINI En concert à Marseille !
christinaRosmini3_0.jpgTasse de Thé a sélectionné pour vous !
Talent de Femme "Friendly" : Vendredi 20 janvier 20h30 - Espace Julien Marseille...
RUGBY Féminin : Heureuses nouvelles !
XVFéminin-HappyNews_0.jpg
Tasse de Thé AIME les Sportives !
 La talonneuse et vice-capitaine du XV de France féminin, Agathe Sochat, Adèle et leur bébé Nina + Laure Sansus et Pauline Bourdon préparent leur mariage...
Le documentaire sexuel de Cara Delevingne explore le désir féminin...
CaraDelevingne_2.jpg
PLANET SEX ?
 L'actrice et chanteuse Cara Delevingne,  également présente en avant-première du documentaire Planet Sex, où elle explore le désir féminin...

LezPresse

UK-sportTrans_1.jpg
"TRANS-SPORTS

 La plupart des femmes trans seront bannies des épreuves féminines d’athlétisme britannique.

 Les femmes trans qui ont traversé la « puberté masculine » seront bannies des épreuves féminines d’athlétisme britanniques
Après avoir annoncé son intention d’exclure les athlètes féminines trans en février, UK Athletics a choisi vendredi (31 mars), qui est la Journée de visibilité trans, pour confirmer la nouvelle politique.
(...) Depuis l’annonce de UK Athletics en février, World Athletics a également déclaré qu’il interdirait aux athlètes trans qui ont traversé la « puberté masculine » des épreuves féminines, à partir de vendredi.
UK Athletics suivra désormais les règlements de World Athletics pour ses propres événements, y compris ses règles sur les athlètes présentant des différences de développement sexuel (DSD), qui doivent respecter des limites strictes de testostérone.
L’instance dirigeante a toutefois déclaré qu’elle « restait préoccupée par l’éthique consistant à contraindre des individus à subir une intervention pharmacologique à des fins purement sportives ».
Plusieurs organismes sportifs ont introduit des interdictions pour les athlètes trans depuis que le Comité international olympique a abandonné sa politique générale.
Auparavant, le CIO exigeait que les athlètes trans dans les catégories féminines respectent les limites de testostérone.

Ses experts ont décidé que la testostérone n’était plus le facteur déterminant pour décider si les femmes trans devraient être autorisées à être incluses. Mais en abandonnant ses propres règles, le CIO a ouvert la porte à des organismes tels que World Athletics et la FINA, la fédération de natation, pour introduire des interdictions quasi totales.

(...)« Les interdictions imposées aux athlètes transgenres ne protègent personne – au contraire, elles mettent en danger toutes les femmes et les filles de la catégorie, en particulier celles qui sont déjà marginalisées.

« L’exclusion des femmes trans exige de surveiller l’ensemble de la catégorie des femmes, en mesurant le corps de chaque femme par rapport à un prototype fabriqué de la féminité qui est considéré comme « assez féminin » par les systèmes de pouvoir (à savoir le patriarcat et la suprématie blanche).

« Les femmes considérées comme « trop masculines » en raison de leur apparence ou de la performance de leur corps risquent déjà de faire l’objet d’une surveillance accrue et de discrimination, et les interdictions des athlètes trans ne font qu’exacerber cette situation.

Les femmes noires, en particulier, sont touchées de manière disproportionnée en raison du misogynoir – pensez à Serena Williams, Simone Biles, Sha’Carri Richardson... la liste est longue.

Source et suite de l'article ►thepinknews.com - 31/03/2023
Poids: 
0

  
 Zahra-Iran_1.jpg
"Solidarité & Pression politique fonctionnent"

 Deux militants LGBTI emprisonnés en Iran sont libres, mais ils risquent toujours la peine de mort. Zahra (photo) avait été condamné à mort en Iran pour son engagement en faveur des droits des homosexuels

 « L’une des meilleures nouvelles de ces jours : les deux activistes LGBTQ iraniens Elham & Zahra ont été libérés de prison ! » Cette nouvelle a été diffusée mercredi matin par Sven Lehmann (Verts), le commissaire queer du gouvernement fédéral : - "La solidarité et la pression politique fonctionnent. Nous ne devons pas cesser d’élever nos voix pour les nombreux manifestant(e)s d'Iran !"
Des rapports sur le sort des militants avaient circulé en septembre 2022. Selon le rapport, le régime iranien d’Elham Chubdar, 24 ans, et de Zahra Sedighi-Hamedani, 31 ans, ont été condamnés à mort pour « corruption sur terre » par le tribunal révolutionnaire d’Ourmia, dans le nord-ouest de l’Iran.
Sedighi-Hamedani avait donnée une interview à la BBC britannique – dans laquelle la discrimination contre les personnes queer dans la région a été discutée. (Sedighi-Hamedani est aussi appelé Sareh et est parfois décrit comme une personne non binaire et trans. Cependant, l’organisation LGBTI iranienne 6Rang a utilisé le pronom personnel féminin).

Les deux militants ont apparemment dû payer des dépôts élevés – Sareh selon 6rank environ 2 milliards de reals (42 000 euros). Elle peut désormais célébrer le Nouvel An iranien « avec sa famille et ses enfants », a déclaré l’organisation.

Un nouveau procès aura probablement lieu à la mi-avril – Sareh en particulier continue d’encourir la peine de mort.

- « Les droits LGBTIQ* sont des droits humains ! », a expliqué Sven Lehmann. « Défendre cela ne doit pas être punissable. C’est pourquoi je continue à exiger la libération inconditionnelle de Zahra et Elham ! »
En Iran, des milliers de personnes auraient été exécutées en raison de leur orientation sexuelle depuis la révolution islamique de 1979.
Cependant, il est difficile de faire une évaluation précise de ces exécutions parce que les tribunaux iraniens mélangent des formes de relations sexuelles illégitimes ou homosexuelles avec des violences sexuelles dans leurs jugements. En outre, des rapports indépendants ne sont souvent pas possibles et de nombreux jugements, en particulier dans les régions plus rurales, ne sont jamais publiés.
Source et suite de l'article ►queer.de - 29/03/2023
Poids: 
0

  
 transexcluant_1.jpg
LESBI-TRANS-LUCIDES

 Des centaines de lesbiennes ont signé une lettre ouverte dénonçant The Lesbian Project (Canva)

 Plus de 800 lesbiennes ont signé une lettre ouverte à The Lesbian Project, dénonçant le groupe transexcluant comme ne reflétant pas « la vie, les besoins et la communauté » des lesbiennes...
La lettre ouverte a été rédigée par le groupe Trans/Lesbian Solidarity et a reçu des centaines de signataires en 48 heures, ainsi que le soutien du chanteur Billy Bragg, du syndicat étudiant de l'Université d'Oxford et du groupe de campagne Speak Out Sister.

Trans/Lesbian Solidarity a été fondée par un groupe de lesbiennes cis qui « voulaient faire une déclaration publique de solidarité avec la communauté trans qui déclare notre rejet des objectifs et des valeurs de The Lesbian Project », a déclaré la membre fondatrice Alana Stewart à PinkNews.

Le Lesbian Project a été lancé plus tôt ce mois-ci par Kathleen Stock et Julie Bindel, en réponse à la suggestion que les lesbiennes sont « effacées » et « réduites au silence » dans la société .

(...) Dans la lettre ouverte, le groupe de solidarité déclare : « Votre plaidoyer ne reflète pas nos vies, nos besoins et notre communauté. Nous pensons qu'il est construit sur une séparation et une exclusion auxquelles nous ne nous identifions pas et que nous condamnons.

- "Nous ne pensons pas que la défense du 'bien-être' des lesbiennes puisse être faite lorsqu'elle est enracinée dans la transphobie."
La lettre poursuit en disant: «Notre communauté est belle précisément parce qu'elle est composée de lesbiennes non conformes au genre, de lesbiennes trans, de lesbiennes non binaires, de butches, d'étalons, de femmes, de lesbiennes de toutes sortes qui composent une tapisserie plus vibrante que vous ne pouvez l'imaginer.
- "Notre communauté est belle parce qu'elle est unie par l'amour, pas par la haine."

S'adressant à PinkNews, Alana Stewart a déclaré : "The Lesbian Project est un groupe qui, bien qu'il prétende ne pas parler au nom de toutes les lesbiennes, tient à pousser les décideurs politiques à limiter leur définition de 'lesbienne' pour exclure les personnes trans et non binaires.

- «Ils incluraient également les hommes trans hétérosexuels dans les données sur les lesbiennes, de sorte que les personnes qui ont souvent des expériences très différentes des lesbiennes corrompent effectivement les données sur les expériences lesbiennes.
«[The Lesbian Project] veut également faire pression pour des espaces lesbiens exclusifs trans. Ils suggèrent injustement que les espaces lesbiens n'existent plus, car [ceux-ci] sont inclusifs des personnes trans.
Alana Stewart a expliqué que les fondateurs de Trans/Lesbian Solidarity ont le sentiment que « les TERF et les transphobes tentent de monopoliser la conversation sur les expériences des lesbiennes ».
Elle a ajouté: "Nous ne pensons pas qu'il soit juste qu'ils parlent pour nous alors que nous sommes si nombreux à soutenir fortement les personnes trans."

La fondatrice Ellie Redpath a noté que "la lutte trans est une lutte lesbienne - la communauté trans n'efface pas l'expérience lesbienne, mais y ajoute."

Alors que les fondateurs notent qu'ils ont reçu beaucoup de soutien pour la lettre ouverte, ils ont également fait face à une réaction violente de la part d'autres groupes.
Alana Stewart a déclaré: «Nous avons eu un grand nombre de personnes autoproclamées hétérosexuelles – en particulier des hommes – qui ont laissé des commentaires nous disant que nous ne sommes pas lesbiennes et que nous devrions être exclus de l'homosexualité...
Source et suite de l'article ►.thepinknews.com - 23/03/2023
Poids: 
0

  
360-vieillirLGBTIQ_1.jpg
 Destination Vieillistan, le podcast qui célèbre le vieillir LGBTIQ+

 Aux origines du podcast Destination Vieillistan se trouve, pour Aurélie Cuttat et Christine Gonzalez (photo) , un rapport complexe à la vieillesse.

  C’est ce qu’explique Christine: «J’ai 43 ans. Je suis à un âge où je me demande ce que je veux pour la suite, comment je vis l’idée de vieillir. Je me suis rendu compte que ces questions m’habitaient. On a tendance à les mettre sous le tapis, car on rejette la vieillesse. On a été construit·e·x·s dans l’idée que c’était un déclin, un naufrage.» La journaliste parle à ce titre de la «triple peine d’être femme, lesbienne, et de vieillir». ...

Un «naufrage» pour l’ensemble des individus, mais particulièrement pour les personnes LGBTIQ+, sujettes à l’isolement, au rejet et aux difficultés d’accès aux soins.
Vécues tout au long de leurs parcours, ces violences ont tendance à s’exacerber à l’approche du grand âge. Il se pose alors la nécessité de donner à entendre ces trajectoires de vie invisibles, comme le raconte Aurélie Cuttat, 36 ans, également journaliste: «La question du vieillir LGBTIQ+ ne se pose pas pareil pour toutes les personnes de la communauté. L’idée, c’était de sortir du monde lesbien et d’ouvrir le propos aux personnes qui nous parleraient du vieillir queer avec une perspective, des problèmes et des enjeux différents. On part, par exemple, à la rencontre d’une femme trans lesbienne de 79 ans.»

Imaginaire très déprimant
Destination Vieillistan vise ainsi à conjurer le manque de représentations, dans une société où la vieillesse est ignorée, lorsqu’elle n’est pas taboue. Avec des conséquences dommageables chez les individus, surtout lorsqu’ils se trouvent déjà à la marge. «Pour moi, avant les rencontres effectuées dans le cadre du podcast, vieillir lesbienne c’était vieillir seule, sans enfants, dans la tristesse… Il y a tout un imaginaire très déprimant. Ça empêche des potentiels de projection», regrette Christine Gonzalez.
Le maître-mot des deux femmes: recréer du lien intergénérationnel, dans une perspective de mémoire communautaire et militante. «On a parcouru beaucoup de médias avec Aurélie en disant qu’on était fières d’être lesbiennes. On a envie de donner la parole à celles grâce à qui on peut le dire aussi librement, et qui par la force des choses sont aujourd’hui senior.» Elles racontent à ce titre leur entretien avec trois lesbiennes qui animaient un «quart d’heure lesbien» dans le cadre d’une émission diffusée sur une radio pirate dans les années 90: «On découvre des archives incroyables. Ce qui était dit et revendiqué à l’époque, c’étaient les mêmes phrases, les mêmes slogans. Ça nous a rappelé qu’on a une petite mémoire, et qu’il était important que l’on se réapproprie notre histoire. On manque de connexion intergénérationnelle.»
L’objectif de ces entretiens: réussir à décaler les regards et à prendre en compte les trajectoires spécifiques de nos aïeules et aïeux. Aurélie cite l’exemple de l’injonction au coming-out, qu’elle avait «complètement intériorisé», avant de déconstruire cet impératif au contact de personnes âgées qui n’ont eu le choix que de cacher leur orientation sexuelle ou leur identité de genre tout au long de leur vie.

Vieillir est une fête Pour permettre l’émergence de ces nouveaux récits et de ce lien intergénérationnel, la dimension d’archivage est importante dans la démarche des deux journalistes. Leur souhait: que les personnes queer qui ont marqué leur communauté à l’échelle locale soient mises à l’honneur. «On pense aux animateur·trice·s·x de la vie queer romande, comme Jacques, patron du Saxo», le plus vieux bar gai de Lausanne.

Au-delà des portraits d’icônes invisibles de la communauté, les différents épisodes s’attacheront à mettre à l’honneur une sorte de philosophie de la vieillesse queer. C’est ce à quoi aspire Christine: «Ma quête personnelle avec ce podcast, c’est qu’on puisse m’expliquer comment me réjouir de la vieillesse. J’ai intégré théoriquement les réflexions sur l’âgisme. Mais je suis encore très effrayée à l’idée de vieillir. Je suis convaincue que c’est parce que je manque de narrations, et que ces rencontres-là vont me permettre à moi autant qu’à nos auditeur·trice·s·x de trouver une voie vers la sérénité. J’aimerais qu’on me raconte que vieillir est une fête.»

Aurélie Cuttat indique enfin ne pas vouloir s’adresser qu’aux personnes LGBTIQ+: «Le vieillissement est une expérience commune à tout le monde. Cette thématique nous réunit. On veut créer un sentiment d’appartenance et d’unité. Que les gens se disent: “Mais c’est trop bien de vieillir!”». Une belle manière de montrer que les enjeux queer peuvent eux aussi toucher à l’universel.
Source et suite de l'article ►360.ch -13/03/2023
Poids: 
0

  
Italie-EllySchlein_1.jpg
 BELLA CIAO

 Le 26 février dernier, les primaires ouvertes du Parti démocrate ont donné la victoire à Elly Schlein (photo), une jeune femme de 37 ans encore inconnue du grand public il y a quelques années. Son élection constitue un véritable virage à gauche pour le plus grand parti d’opposition à Giorgia Meloni.

 «Une surprise qui se nomme Elly». C’est avec ce titre qui trône sur sa première page que le principal journal de gauche italien, La Repubblica, salue l’arrivée d’Elly Schlein à la tête du Parti démocrate (PD). Et en effet, la victoire de cette députée de 37 ans aux primaires du plus important parti progressiste du pays était difficilement prévisible...
Opposée au président de la région Émilie-Romagne, Stefano Bonaccini, Schlein ne partait pas gagnante, surtout compte tenu de la victoire de son rival au premier tour de ce scrutin où votaient seulement les inscrits au parti. Mais voilà, la deuxième manche des primaires du PD, ouvertes à tous cette fois, a déjoué les pronostics en donnant la victoire à Schlein qui, dimanche 26 février, a devancé Bonaccini, remportant 53,8 % des suffrages contre 46,2 %.
Une fois les résultats connus, dans la nuit, la tout juste élue a promis une opposition dure à l’exécutif, affirmant que le PD deviendrait «une véritable épine dans le pied pour le gouvernement Meloni».
Voilà qui n’est pas difficile à croire, tant le profil d’Elly Schlein tranche avec celui de la Première ministre, observe le quotidien romain. “Dans le panorama politique italien, il n’y a pas une femme qui soit autant à l’opposé de ce qu’incarne Meloni”, affirme le journal progressiste.
Là où la Première ministre est issue d’un quartier populaire de Rome, «Schlein est née en Suisse [où elle a grandi jusqu’à ses 18 ans], de deux parents professeurs d’université. Elle a un frère, Benjamin, qui enseigne les mathématiques à l’université de Zurich, et une sœur, Susanna, diplomate à l’ambassade d’Athènes.»...
Source et suite de l'article ►fugues.com - 12/03/2023
Poids: 
0

  

Pages

⚠️ Les Comptes TDT Non-Participatifs ne seront pas validés.
Merci par avance de votre fidélité et soutien solidaire à la maintenance, à l'hébergement, à la sécurité du site et ainsi contribuer à notre lutte pour la visibilité saphique !

CAGNOTTE de TASSE DE THÉ (indiquer votre (Pseudo)

Dernières Petites Annonces

Spot Suite LEZ ANNONCES TDT
SpotListes Catégories et Départements...

L'éthique de Tasse de Thé
porto.jpgRENCONTREZ-VOUS!
Le but d'une PA est la rencontre. Un RDV sollicitera vos 5 sens +le Feeling!Conseils OLD TDT
LezPresse | Tasse de Thé

Tasse de Thé - Portail Lesbien * Copyright - All rights reserved * 2013 - 2023  ❘ Nous Contacter  ❘ Old TdT  ❘ Plan du site