Chantal DELATORRE
¨Capitaine de Tasse de thé...
cineGay.jpgPETIT MEMENTO TDT  Festivals LGBTQI+
Prenez soin de vous !LESBI-Santé
twitter.jpg facebook.jpg Réseaux Tasse de Thé, Portail Lesbien
 
We’Moon Land : un sanctuaire pour les femmes et la nature en Oregon
WeMoon land_0.jpg
Terre Lesbienne
Nichée dans les collines du nord de l’Oregon, s’étendant sur 52 acres de verdure, se trouve une communauté de womyn intentionnelle connue sous le nom de We’Moon Land.
Christina ROSMINI En concert à Marseille !
christinaRosmini3_0.jpgTasse de Thé a sélectionné pour vous !
Talent de Femme "Friendly" : Vendredi 20 janvier 20h30 - Espace Julien Marseille...
RUGBY Féminin : Heureuses nouvelles !
XVFéminin-HappyNews_0.jpg
Tasse de Thé AIME les Sportives !
 La talonneuse et vice-capitaine du XV de France féminin, Agathe Sochat, Adèle et leur bébé Nina + Laure Sansus et Pauline Bourdon préparent leur mariage...
Le documentaire sexuel de Cara Delevingne explore le désir féminin...
CaraDelevingne_2.jpg
PLANET SEX ?
 L'actrice et chanteuse Cara Delevingne,  également présente en avant-première du documentaire Planet Sex, où elle explore le désir féminin...
DENA une humoriste iranienne et lesbienne engagée !
Dena_0.jpgTasse de Thé a sélectionné pour vous !
"Dena cartonne avec son one-woman-show "Princesse Guerrière" ...
Coupe du monde féminine de Rugby 2022
RugbyFeminin_0_0.jpgTasse de Thé AIME les Sportives !
"les Bleues gagnent contre les Fidji et se qualifient pour les quarts !... "
 Lesbi-Queer_1.jpg
   LESBI, QUEER... OU QUOI ?

   Les personnes lesbiennes, gays et bisexuelles sont plus susceptibles d'être déprimées que les hétérosexuels (...)

  Et bien que cette recherche ait conduit à des conversations et à des ressources importantes pour la communauté, il y a un problème urgent qui reste systématiquement sans réponse : les dommages extrêmes que les débats en cours sur le Sexe et le Genre causent à la santé mentale des lesbiennes...

Aucun problème n'a autant divisé la communauté LGBT que le Genre. Pendant des décennies, les personnes LGB se sont battues pour le droit d'aimer, de désirer et de s'associer avec des personnes du même sexe ; que ces relations soient reconnues comme légitimes par l'État et la société dans son ensemble.

Mais juste au moment où l'égalité était à portée de main, un nouveau danger est apparu - cette fois au sein de la communauté, les lesbiennes ont joué un rôle déterminant dans la construction. L'idée que le sexe choisi par une personne, par opposition à son sexe biologique, devrait être la base de l'attirance est une menace existentielle pour la sexualité gaie et lesbienne.
L'éminente militante Trans Sophia Banks a fait valoir que « des termes comme lesbienne et gay sont cisnormatifs et donc oppressifs », et devraient donc être abandonnés. Morgan Page a animé un atelier en partenariat avec Planned Parenthood intitulé "Overcoming the Cotton Ceiling ", sur le thème "briser les barrières sexuelles" et convaincre les lesbiennes de coucher avec des femmes trans. Ce qui était autrefois des opinions de niche et extrémistes est entré dans le courant dominant de la communauté LGBT.

En plus de cela, nous avons été bombardés d'un tas d'articles de réflexion affirmant que le terme lesbienne est obsolète ; Les articles de Buzzfeed en rajoutent sur le fait que le mot Lesbienne sonne "comme une maladie rare" ; les commentaires affirmant que l'attirance pour le même sexe appartient au passé dans un monde moderne et sexuellement fluide.

L'écrivaine Shannon Keating a décrit le mot lesbienne comme « rassis et lourd », affirmant qu'il devrait être complètement abandonné au profit de queer – préférable car il ne communique pas un ensemble clair de désirs et de limites, et est donc plus inclusif.

Cette problématisation du mot lesbienne et la délégitimation de tout ce qu'il représente a des conséquences dévastatrices. Les lesbiennes sont considérées comme des fanatiques de marque pour avoir affirmé notre droit à l'attirance envers le même sexe, exilées des groupes d'amitié et communautaires pour avoir dit que nous ne sommes pas intéressées par le sexe qui implique le pénis. Nous subissons des pressions non seulement de la part de nos pairs, mais aussi des organisations mêmes fondées pour protéger nos droits, pour accepter les hommes comme partenaires potentiels. Cela équivaut à la coercition sexuelle et à l'éclairage au gaz.
Plus le débat fait rage, plus la situation s'aggrave. Les lesbiennes, nous dit-on, sont odieuses si on ne considère pas les transfemmes comme des partenaires amoureuses et sexuelles. Comme si le seul but de notre sexualité était de fournir une validation aux autres. Mais ne pas coucher avec quelqu'un n'équivaut pas à l'opprimer. Le droit sexuel envers les femmes, d'autre part, est une pierre angulaire du patriarcat.

Cette situation est toxique. Faire honte aux lesbiennes de nos limites sexuelles est alimenté par la misogynie et l'homophobie - qu'elles viennent de la gauche queer ou de la droite religieuse. Malheureusement, les jeunes lesbiennes qui sortent dans ce contexte n'ont jamais rien connu d'autre. Et si elles expriment des doutes ou des appréhensions, elles risquent d'être complètement coupées de leur communauté. Les lesbiennes sont de plus en plus isolées et traumatisées.

Une intervention est désespérément nécessaire. Pourtant, les organisations LGBT financées par le gouvernement évitent ce sujet. Certains ne veulent pas résister à la réaction du public et risquent d'être privés de financement ; d'autres sont conscientes que leur existence même dépend du fait de nier que le problème existe.

Ce qui signifie que de nombreuses lesbiennes se retrouvent prises entre le marteau et l'enclume. Le rocher est l'exil de notre communauté. Et le point dur est la négligence institutionnelle. Même les organismes de bienfaisance conçus pour soutenir la santé mentale des LGBT offrent peu de sécurité.

Si une lesbienne traumatisée par cette culture de coercition sexuelle suit une thérapie par le biais d'un organisme de bienfaisance LGBT, elle risque d'être honteuse et davantage stigmatisée par la personne même responsable de ses soins de santé mentale.

Les lesbiennes passent entre les mailles du filet du système. Notre santé mentale, notre bien-être même, est un dommage collatéral dans la guerre des sexes. Nous sommes traitées comme inutiles par la communauté queer et la société hétéro.

Les lesbiennes ont toujours été considérées comme contre nature pour aimer, désirer et donner la priorité aux autres femmes - la façon dont nous sommes maintenant invisibilisée n'est rien de plus qu'une continuation de cette honte sexiste..."

Source afterellen.com 29/12/2022
Poids: 
0

⚠️ Les Comptes TDT Non-Participatifs ne seront pas validés.
Merci par avance de votre fidélité et soutien solidaire à la maintenance, à l'hébergement, à la sécurité du site et ainsi contribuer à notre lutte pour la visibilité saphique !

CAGNOTTE de TASSE DE THÉ (indiquer votre (Pseudo)

Dernières Petites Annonces

Spot Suite LEZ ANNONCES TDT
SpotListes Catégories et Départements...

L'éthique de Tasse de Thé
porto.jpgRENCONTREZ-VOUS!
Le but d'une PA est la rencontre. Un RDV sollicitera vos 5 sens +le Feeling!Conseils OLD TDT
Le débat sur le Genre est toxique pour la santé mentale Lesbienne... | Tasse de Thé

Tasse de Thé - Portail Lesbien * Copyright - All rights reserved * 2013 - 2023  ❘ Nous Contacter  ❘ Old TdT  ❘ Plan du site