Site Lesbien

ÉTATS-UNIS -Première compagnie aérienne au monde pour chiens
dog-cie_0.jpg
Tasse de Thé lutte AUSSI pour la cause Animale !
Nous pouvons officiellement accueillir Bark Air, la première compagnie aérienne au monde pour les animaux de compagnie...
"LA AMIGA DE MI AMIGA" (L'amie de mon amie)
filmLesbien-es_0.jpg
FILM LESBIEN +VIDÉO Bande Annonce
un film de la réalisatrice et actrice principale Zaida Carmona  (Esp. 2022, 85 mn) qui s'inspire de sa propre vie de bohème dans la capitale espagnole...
Louisa Jacobson, fille de Meryl Streep, présente sa petite amie
LouisaJacobson-lesbi_0.jpg
POTINS LESBIENS
Meryl a eu 75 ans et sa fille Louisa a profité de cette journée spéciale pour dire au monde qu'elle est lesbienne et qu'elle a une petite amie...
Taylor Swift célèbre les fiançailles lesbiennes lors de son concert
concertTaylorSwift_0_0_0.jpg
BILLETS DOUX
Il n'est pas surprenant que lors des concerts de Taylor Swift de voir des gens se fiancer...
Albe rend hommage aux femmes fortes, puissantes et queer
Albe_0.jpg
TALENTS de FEMMES
"Sorcières"(clip sorti en avril dernier) raconte la rencontre de deux femmes lors d’un des concerts de Albe (photo)...
"LESBIENNES, QUELLE HISTOIRE ?"
Docu-MarieLabory_1_0.jpg
Tasse de Thé a sélectionné pour vous !
"LESBIENNES, QUELLE HISTOIRE ?" Accessible au replay sur la chaine HISTOIRE TV...
sibelshick_1.jpg
Féminisme intersectionnel ou quoi ?

Dans son nouveau livre « Cancel White Feminism », Sibel Schick (photo) plaide pour un féminisme inclusif qui reconnaît les femmes trans comme des femmes et prend le parti des personnes touchées par le racisme.

Sibel Schick, née à Antalya en 1985, est auteure, journaliste et chroniqueuse indépendante. Elle vit en Allemagne depuis 2009 et écrit des textes sur le féminisme, le racisme et la politique turque depuis 2016.
C’est exactement ce que décrit et critique la journaliste et auteure controversée Sibel Schick dans son livre « Cancel White Feminism ». Selon elle le féminisme doit devenir plus féministe.
Il n’est certainement pas faux de se demander qui et ce que représente réellement le féminisme, tel qu’il s’exprime aujourd’hui et dans ce pays. Bien sûr, pour les femmes et leurs droits égaux, c’est la réponse évidente. Pour toutes les femmes ?

Comme toujours, elle est directe et agressive, ne mâche pas ses mots et prend le parti en faveur des femmes trans en tant que femmes et considère le travail du sexe comme un travail qui, comme tout travail, consiste à créer des conditions de travail équitables. et contre les pratiques d’exploitation.

Avec sa position anticapitaliste et son sens de l’intersectionnalité, Schick touche souvent le point sensible des problèmes sociaux d’aujourd’hui... Mais il arrive parfois que l'auteur outrepasse le propos dans ses arguments ou, malgré toutes les critiques légitimes, jette le bébé avec l'eau du bain, comme on dit.
Justement : qu’est-ce que cela signifie lorsque Sibel Schick appelle à un féminisme plus féministe ? Elle s’appuie sur l’idée selon laquelle le féminisme blanc nuit principalement aux plus vulnérables de notre société.
Elle critique son caractère unilatéral flagrant, car il décrit les hommes uniquement comme des oppresseurs et les femmes uniquement comme des victimes, et la discrimination ne peut exister qu'en raison du sexe.
Les hiérarchies sociales ne sont pas perçues comme un problème structurel, mais simplement comme une structure dans laquelle la répartition est importante. C’est pourquoi le système de quotas n’élimine pas les inégalités et le sexisme.
Le féminisme blanc veut plutôt faire partie du système : « Le féminisme blanc fait référence aux efforts pour une représentation et une participation égales des femmes dans les systèmes d'exploitation, sans remettre en question le concept de « pouvoir ».

Schick, par exemple, considère les femmes trans comme parmi les plus vulnérables de notre société et prend immédiatement leur parti en accusant à juste titre le féminisme radical et tous les TERF de « lutter contre les droits et libertés des personnes trans ». La propagande contre la loi d’autodétermination est insupportable.

Et ici, Alice Schwarzer et son magasin du coin jouent un rôle de premier plan, dont Schick décrit ainsi la méthode : "Quiconque a tort et veut discréditer les critiques à son encontre doit mener une campagne de diffamation bruyante et agressive - cette méthode n'est pas nouvelle, Nous connaissons les tyrans populistes de droite dans le monde comme Trump, Orbán ou Erdoğan."

À ce stade, Schick cite Hannah Arendt qui a déclaré : « Brouiller la frontière entre les faits et les opinions est l'une des formes de mensonge. » Ce qui est choquant, c'est à quel point cette forme de mensonge est prometteuse, et aussi comment le féminisme se transforme littéralement en violence.

Parfois, cependant, Schick va au-delà du but dans ses conclusions - par exemple lorsqu'elle affirme, au sujet de la migration, que les frontières nationales ont été "inventées" pour se protéger contre les migrants stigmatisés.
Ou là où il est dit : « Le fait que les Blancs s’enrichissent grâce au travail des Noirs est du colonialisme. » Parce que le capitalisme exploite tout le monde lorsqu’il s’agit de maximiser les profits. Sans compter que le terme de colonialisme perdrait ainsi sa précision définitionnelle ainsi que son historicité.

Et là où elle jette le bébé avec l’eau du bain, Schick parle de genre. Il ne peut pas s’agir de l’abolition du genre, comme le prétendent souvent les discours transphobes, car le fait que le genre existe ne doit pas empêcher quiconque d’avoir sa propre image de soi et de faire respecter sa perception de soi.

La binarité n’est vraiment pas le problème si elle peut seulement être pensée et vécue de manière inclusive. Et l’inclusion fonctionne dans toutes les directions et est à l’opposé de l’exclusion. Quiconque le souhaite peut le faire dans mon essai « À l’extérieur ou à l’intérieur de la binarité ». lire, c'est pourquoi j'en reste là.

Peut-être juste ceci : si Schick dit qu'elle ne peut fonder sa féminité sur rien, j'ajouterais que je ne peux pas non plus expliquer ce qu'est la féminité, mais en tant que femme trans, je sais très bien que je ne vis rien d'autre que ma féminité. . Ce qui montre peut-être que certaines choses sont difficiles à expliquer, mais plus faciles à vivre.

Et pour revenir au livre : les provocations de Schick sont pleinement justifiées car elles bouleversent la manière de penser la commodité. La seule question est de savoir qui se laissera déranger.
Dans cette optique, un dernier exemple : la politique identitaire est souvent accusée de diviser la société. Schick voit cela de manière plus réaliste, car en réalité des minorités complètement différentes le font, à savoir les très riches et les extrémistes de droite qui, contrairement à ceux qui sont habituellement accusés, ne sont en aucun cas marginalisés, mais sont intrinsèquement sous le feu des projecteurs. "
Source ► queer.de - 16/12/2023
 
Poids: 
0

⚠️ Les Comptes TDT Non-Participatifs ne seront pas validés.
Merci par avance de votre fidélité et soutien solidaire à la maintenance, à l'hébergement, à la sécurité du site et ainsi contribuer à notre lutte pour la visibilité saphique !

CAGNOTTE de TASSE DE THÉ (indiquer votre (Pseudo)

   imag-cagnotte_4.jpg
       Spot PARTICIPATIONS & DONS

 
Dans son nouveau livre « Cancel White Feminism », Sibel Schick plaide pour un féminisme inclusif qui reconnaît les femmes trans comme des femmes | Tasse de Thé

Tasse de Thé - Portail Lesbien * Copyright - All rights reserved * 2013 - 2024  ❘ Nous Contacter  ❘ Old TdT  ❘ Plan du site