Portail Lesbien

Chantal DELATORRE
¨Capitaine de Tasse de thé...
cineGay.jpgPETIT MEMENTO TDT  Festivals LGBTQI+
Prenez soin de vous !LESBI-Santé
twitter.jpg facebook.jpg Réseaux Tasse de Thé, Portail Lesbien
 
MST -Entre filles, qu’est-ce qu’on risque ?
lesbian-sexual_0.jpg
  Entre filles, qu’est-ce qu’on risque ?
 "Tu es une fille, tu envisages d’avoir un « rapport sexuel » avec une autre fille et tu veux faire comme tout le monde, te protéger... "
L'exposition d'art "Looking for Lesbians" explore la pulp fiction lesbienne à Los Angelèss
ExpoArtLesbien_0.jpgExpo LA - À la recherche de lesbiennes
L'exposition d'art "Looking for Lesbians" est influencée par la de pulp fiction lesbienne et d'autres documents  liés à la littérature lesbienne...
Corinne Touzet :“Il faut pouvoir gérer un animal sinon il ne faut pas adopter”
CorinneTouzetAnimaux2_0.jpg
AMOUR POUR LES ANIMAUX
   Cette véritable femme d'honneur n'a jamais hésité à prendre position contre l'abandon ou la fourrure. Elle nous explique pourquoi...
LE BAGDAM de TOULOUSE ❤️
Bagdam-FollesSaisons_0.jpg
 FÊTES LESBIENNES À TOULOUSE
 Bagdam, l'Association "historique" Bagdam Cafée de Toulouse, propose une Fête Le 25 Juin...
LES ESTIVALIÈRES DU POUY ❤️
EstivalieresPouy_0.jpg
 VIVE LEZ VACANCES DANS LES LANDES !
 Un espace/temps au féminin de vacances, de vie partagée...
Les lesbiennes plus âgées sont les gardiennes d'une riche histoire...
OldLesbians_0.jpg
  Ô NOTRE HISTOIRE :
CANADA - De nombreuses lesbiennes plus âgées recherchaient l'invisibilité, elles s'appelaient «amies» ou «filles de carrière» ou «pas du genre à se marier».

LezPresse

autreCercle-travailLGBT_0.jpg
  DISCRIMINATIONS LGBT EN HAUSSE AU TRAVAIL

  Le 3ème baromètre LGBT+ réalisé par L’Autre Cercle en partenariat avec l’IFOP révèle une hausse des agressions et des discriminations LGBTphobes en hausse et la moitié des personnes LGBTI+ sont toujours invisibles en milieu professionnel.

     (...) Cette 3ème édition du baromètre biennal réalisé par l’association LGBTI+ L’Autre Cercle en partenariat avec l’Ifop avait pour objectif d’évaluer l’inclusion des personnes LGBTI+ au travail ainsi que l’impact de la Charte d’Engagement LGBTI+.
    Le baromètre a été effectué sur la base d’un questionnaire auto-administré en ligne sur deux échantillons. Le premier auprès de 1 068 salarié·es LGBTI+ agé·es de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine. Le second auprès de 29 979 salarié·es et agent·es travaillant dans les organisations signataires de la Charte d’Engagement LGBTI+.
     Selon l’étude, un tiers des personnes LGBTI+ a été victime d’au moins une agression LGBTphobe dans son entreprise, soit quatre points de plus par rapport à 2020.
    Ce climat LGBTphobe est confirmé par une hausse des discriminations au plus haut niveau hiérarchique des organisations. Ainsi, plus d’un quart des sondé·es dénoncent des discriminations de la part de leur direction, soit six points de plus par rapport à 2020.

    (...)Le sondage révèle qu’une personne LGBTI+ sur deux n’est pas « out » dans son organisation et qu’afin de rester « invisibles », sept personnes LGBTI+ sur dix vivant en couple ont déjà omis volontairement de faire référence au genre de leur conjoint·e au travail. Parmi ces invisibles, 83 % le sont afin de préserver leur évolution de carrière.

    « Cinq ans après la première édition de notre baromètre, la visibilité des personnes LGBT+ au travail n’a pas progressé », constate Alain Gavand, administrateur et Co-Responsable du Pôle Observatoire de la Fédération Nationale de l’Autre Cercle. Selon lui, « il est de la responsabilité des organisations de mettre en place un cadre inclusif, car une organisation dans laquelle la visibilité des personnes LGBT+ grandit est une organisation qui se porte mieux ».

    Dans les organisations signataires de la Charte d’Engagement LGBTI+, les moqueries ou les propos vexants à l’encontre des LGBTI+ sont moins nombreux·ses (20 % contre 25 %) et la visibilité des personnes LGBTI+ est plus grande.

    Avec cette Charte, les organisations signataires s’engagent à créer un environnement inclusif, à veiller à une égalité de droit et de traitement entre tou·te·s les collaborateur·ices ainsi qu’à soutenir leurs salarié·es victimes de propos ou d’actes discriminatoires.
Source qkomitid.fr 03/06/2022►Suite de l'article...
Sous-Titre: 

Source komitid.fr 03/06/2022

Poids: 
0

  
 
viol-lesbian_1.jpg   VIOL IMPUNI D'UNE LESBIENNE BUTCH...

  Deux policiers masculins du Queensland ont dit à une femme queer victime de viol qu'elle "n'était pas le genre de femme qui se fait agresser" et qu'il n'y avait "rien qu'ils puissent faire", lorsqu'elle est allée leur demander de l'aide.

     (...) Dans son mémoire, la femme a décrit l'horrible agression sexuelle «coordonnée» en dehors d'un événement sportif majeur il y a plus de dix ans. Elle était dans la jeune vingtaine...
    La femme s'est souvenue de deux hommes qui l'avaient maintenue au sol et l'avaient agressée avant de la laisser partir alors qu'ils se moquaient d'elle allongée sur le sol.
     Ensuite, elle a demandé l'aide de deux policiers masculins, qui visiblement "l'ont regardée de haut".

    Un des policiers avait déclaré que je" n'étais pas le genre de femme qui se fait agresser ", se souvient-elle. "Bien que femme, mon allure queer est plus masculine. J'ai les cheveux courts et à l'époque je portais un short et un T-shirt."...

     -"Ils ne m'ont pas écouté. Ils ne m'ont pas laissé déposer un rapport. Dans leurs mots [il n'y avait] «rien qu'ils puissent faire». "Ils ne m'ont même pas demandé si j'allais bien. Ils voulaient juste que je rentre chez moi. "J'ai aussi été victime de ces policiers du Queensland"
    La femme a déclaré que plus d'une décennie s'était écoulée depuis la nuit du viol. Elle a écrit qu'elle souffrait toujours de "Syndrome Post Traumatiques" et après avoir demandé un soutien en santé mentale, elle a finalement compris l'impact que l'inaction des policiers du Queensland avait provoqué sur elle. "J'ai appris depuis que je n'avais rien fait de mal, et non seulement j'ai été victime de ces deux hommes qui m'ont agressée, mais de ces deux policiers", écrit-elle...
     -"Toute personne dans le monde peut être agressée sexuellement, quelle que soit son identité de genre, sa sexualité, les vêtements qu'elle choisit de porter ou la façon dont elle se coupe les cheveux. « Mais dire que si j'avais eu les cheveux longs et porté une jupe, ces policiers auraient pu me prendre au sérieux cette nuit-là.

     L'histoire de cette femme lesbienne est l'une des plus de 120 soumissions de Queenslanders ayant une expérience vécue de la violence sexuelle au groupe de travail sur la sécurité et la justice des femmes. Le groupe de travail entreprend actuellement une enquête sur les expériences des femmes dans le système de justice pénale.

    La présidente du groupe de travail, Margaret McMurdo, a déclaré que les histoires "intensément douloureuses et personnelles" des femmes brossent le tableau d'un système "largement conçu pour et par les hommes".. Elle a déclaré que le groupe de travail était "profondément préoccupé" par l'étendue des violences sexuelles contre les femmes qui ne sont pas signalées.
     -"La plupart ne rapportent pas ce qui s'est passé et pour les quelques courageuses qui le font, elles ont souvent l'impression de ne pas pris au sérieux ou traités comme des suspectes, blâmées et incrédibles.

    McMurdo a déclaré que les victimes de violence "ne devraient pas avoir à participer à un tirage au sort" pour voir si le policier qu'elles rencontrent "répondra de manière appropriée". « Lorsqu'une femme qui cherche de l'aide est refoulée par la police, elle ne repart pas », a-t-elle déclaré.

    Le groupe de travail utilisera les soumissions pour créer une liste de recommandations sur la façon d'améliorer le système. Le gouvernement de l'État recevra le rapport d'ici le 30 juin..."
Source qnews.com.au 02/06/2022 ►Suite de l'article...
Sous-Titre: 

Source qnews.com.au 02/06/2022

Poids: 
0

  
pologne-LGBT_1.jpg
 POLOGNE LGBT SOLIDARNOSC

  Des milliers de Polonais ont manifesté samedi contre l’homophobie dans la ville portuaire de Gdansk, où des militants se mobilisent depuis sept ans sur ce thème et se sont rassemblés cette année derrière le slogan « Nous avons le pouvoir ».

     Agitant les drapeaux arc-en-ciel de la communauté LGBTQ+ et le drapeau transgenre bleu, rose et blanc, les manifestants ont traversé la ville du nord du pays en brandissant des pancartes où l’on pouvait lire : « Nous faisons l’amour, pas la guerre » et « Jésus marcherait avec nous »...
   Selon une porte-parole de la police, environ 7.500 personnes ont participé au défilé.

    - « C’est très difficile d’être queer en Pologne, donc c’est bien de trouver un endroit où l’on peut être soi-même », a déclaré Sabina Joeck, 24 ans.

    Les droits des homosexuels sont un sujet de controverse en Pologne, où la religion catholique est majoritaire et où les nationalistes au pouvoir ont fait de la lutte contre ce qu’ils appellent « l’idéologie LGBTQ+ » un thème-clé des campagnes électorales de ces dernières années.
    Les conservateurs religieux sont farouchement opposés à ce qu’ils qualifient d’idéologie visant à anéantir la famille traditionnelle, tandis que les Polonais plus libéraux parlent de discrimination.

    Une poignée de manifestants opposés à la marche ont brandi un chapelet et une banderole hostile au « lobby » LGBTQ+ qui cherche selon eux à sexualiser les enfants – une idée rejetée par les associations de défense des droits humains.

    « Je ne suis pas contre les homosexuels, ce ne sont que des gens ordinaires comme nous », a déclaré une manifestante, Margaret. « Mais je ne veux pas qu’ils atteignent nos enfants. »
    Pour Nikodem Mrozek, un mathématicien de 40 ans qui participe à la marche annuelle depuis sa création, l’attitude envers les personnes LGBTQ+ en Pologne tend à s’améliorer, même si certains politiciens continuent de les diaboliser.
     -«La société et la mentalité (des gens) s’améliore, mais la situation politique empire », a-t-il déclaré avant la marche.
fugues.com 02/06/2022 ►Suite de l'article...
Sous-Titre: 

Source fugues.com 02/06/2022

Poids: 
0

  
CEL-Greenwich2_0.jpg
 CEL'ÉTÉ au GREENWICH !

CEL-Greenwich_0.jpg   
 Grande Soirée Lesbienne le 25 JUIN 2022 à l'Espace Borely, Marseille... 
  avec DJ Galit aux platines !

    - Soirée Open Bar + Repas dansant...
    Non adhérentes : 50 €,  Adhérentes CEL : 35 €, Tarifs réduits avec justificatifs...

    Réservation confirmée à réception du règlement

   - Adresse postale : CEL - Cité des Associations - BP 244, 93 La Canebière - 13001 MARSEILLE

     (contactez-nous pour covoiturage)

    INFOS & RÉSERVATIONS : Marie au 0622576938
    (Voir programme détaillé de la soirée ci-contre)
   FACEBOOK du CEL
    ►Le site du CEL (Centre Évolutif Lilith)
Poids: 
0

  
Royaumeuni-stats-Gay_1.jpg
   NOUS SOMMES DES MILLIERS...

   Une enquête au Royaume-Uni a révélé que plus d'une jeune femme sur 10 était à l'aise de déclarer qu'elle s'identifiait comme lesbienne, gay, bisexuelle ou une autre identité non hétérosexuelle.

    - "Les résultats sont basés sur une enquête démographique annuelle menée par l' Office for National Statistics . Les derniers chiffres sont pour 2020, l'enquête est menée depuis 2014...
    Parmi les femmes âgées de 16 à 24 ans, 11,4 % ont déclaré être gaies, lesbiennes, bisexuelles ou autres. C'est la première fois depuis le début de l'enquête que la proportion dépasse les 10 %. Lorsque l'enquête a été lancée pour la première fois, seulement 3,1 % des femmes se placent dans le spectre queer.

    L'augmentation du nombre de femmes s'identifiant comme queer ne concerne que la tranche d'âge des 15-24 ans. Seulement 2 % des femmes entre 25 et 35 ans ont déclaré s'identifier comme gaies, bisexuelles, lesbiennes ou autres, et pour les femmes de plus de 35 ans, le taux était inférieur à 1 %.

    Il y avait également des différences régionales importantes dans le nombre de femmes partageant qu'elles ont identifiées comme gaies, lesbiennes, bisexuelles ou autres.
    Plus de femmes basées à Londres, dans le Yorkshire et dans le nord-ouest ont partagé qu'elles étaient homosexuelles à des taux plus élevés que celles d'Irlande du Nord ou de l'est de l'Angleterre..."

    Dans l'ensemble, pour les deux sexes, le nombre de personnes s'identifiant comme LGBTQ+ est passé de 2,7 % de la population britannique en 2019 à 3,1 % en 2020.

    Source outinperth.com 26/05/022 ►Suite de l'article...
Sous-Titre: 

Source outinperth.com 26/05/022

Poids: 
0

  

Pages

⚠️ Les Comptes TDT Non-Participatifs ne seront pas validés.
Merci par avance de votre fidélité et soutien solidaire à la maintenance, à l'hébergement, à la sécurité du site et ainsi contribuer à notre lutte pour la visibilité saphique !

CAGNOTTE de TASSE DE THÉ (indiquer votre (Pseudo)
  TANTRA LESBIEN
Stages 2022 :
23 au 26 juin et 15 au 18 décembre

dans la Drôme
Isabelle Denoix 06 19 79 17 40 ►+
infos

     PARTICIPATIONS, DONS...image-CagnotteTDT.jpg

Dernières Petites Annonces

Spot Suite LEZ ANNONCES TDT
SpotListes Catégories et Départements...

L'éthique de Tasse de Thé
porto.jpgRENCONTREZ-VOUS!
Le but d'une PA est la rencontre. Un RDV sollicitera vos 5 sens +le Feeling!Conseils OLD TDT
LezPresse | Tasse de Thé

Tasse de Thé - Portail Lesbien * Copyright - All rights reserved * 2013 - 2022  ❘ Nous Contacter  ❘ Old TdT  ❘ Plan du site